Philippe De Backer
Plein écran
Philippe De Backer © BELGA

Après le pic, les Belges qui reprendront le travail pourraient être testés

Le ministre Philippe De Backer, en charge de gérer l'approvisionnement en matériel de protection contre le coronavirus, envisage de tester les Belges qui pourraient reprendre le travail après le pic de l'épidémie, a-t-il fait savoir dans un entretien au Soir publié samedi.

Le ministre a annoncé cette semaine que la Belgique disposerait dans les prochains jours d'une capacité quotidienne de 10.000 tests contre 2.000 actuellement. L'objectif n'est pas pour autant de tester toute la population, a-t-il rappelé. "Tester dix millions de Belges n'est pas possible et inutile." 

M. De Backer estime par contre qu'il est envisageable de tester ceux qui pourraient reprendre le travail. "On fera ça une fois que le pic de la courbe des malades aura été atteint", a-t-il ajouté. Un testing sur les anticorps, pas encore totalement fiable, "permettra bientôt d'identifier ceux qui ont développé une immunité et pourront donc retourner au boulot. Via une prise de sang, cela prendra à peine quinze minutes".

  1. Un faux infirmier viole les règles anti-Covid: quatre mois avec sursis
    Wavre

    Un faux infirmier viole les règles an­ti-Co­vid: quatre mois avec sursis

    Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a examiné vendredi, dans le cadre d'une procédure accélérée, un dossier qui avait fait du bruit le 1er avril dernier. En plein confinement, un homme déguisé en infirmier avait fait irruption dans un magasin de Limal (Wavre). Ne respectant pas les règles de distanciation sociale vis-à-vis du personnel ou des autres clients, il prenait des produits avant de les reposer dans les rayons, éternuait allègrement et avait léché sa carte bancaire avant de payer à la caisse. Une peine de quatre mois de prison avec sursis ainsi qu'une amende ont été requises.