Asenov a proféré des menaces de mort à l'égard de son épouse

La cour d'assises de Liège a entamé lundi, par la lecture de l'acte d'accusation, le procès de Stefan Asenov, un Bulgare âgé de 35 ans qui avait commis l'assassinat d'une prostituée et l'agression d'une seconde la nuit du 15 au 16 mars 2017. Lors de l'ouverture du procès, le parquet a fait état de menaces de mort récemment proférées par l'accusé à l'égard de son épouse.

Plein écran
Illustration. © Photo News

Stefan Asenov est accusé d'avoir commis les agressions de deux prostituées la nuit du 15 au 16 mars 2017 à Liège. Limia Karimallah (56 ans) avait été tuée après avoir été rouée de coups. Chantal M. avait aussi été rouée de coups mais elle avait pu s'échapper de la camionnette de l'accusé, où elle avait aussi été embarquée.

Selon le planning établi avant l'ouverture du procès, 48 témoins doivent être entendus au cours des débats. Mais le parquet a fait état de nouveaux éléments lors de l'ouverture du procès. Selon le substitut Christine Cayet, déléguée au poste d'avocat général, l'épouse de Stefan Asenov a fait savoir le 4 octobre qu'elle ne répondra pas à son convocation. Elle a annoncé que les membres de sa famille ne se présenteront pas non plus au procès. Le ministère public a indiqué que l'épouse de Stefan Asenov a peur et a décidé de le quitter. Elle a fait état de violences antérieures et de menaces de mort qui ont été récemment proférées à son égard.

S’il avait su, il aurait tué son épouse

"Stefan Asenov a indiqué lors d'une visite de son épouse à la prison de Lantin qu'il ne pensait pas "prendre cher" lors de son procès et qu'il sortira bientôt de prison. Il a également indiqué que s'il avait su qu'il risquait si peu, il aurait tué son épouse à la place de la prostituée. Il existe une grande peur dans le chef de l'épouse de Stefan Asenov", a indiqué le substitut Christine Cayet.

Le ministère public a procédé à la lecture de son acte d'accusation et a présenté le résumé de l'ensemble des faits reprochés à l'accusé. Le fait principal avait été découvert par un témoin qui avait vu que Stefan Asenov débarquait le corps agonisant de Limia Karimallah sur le parking de la patinoire de Coronmeuse. Cette dame, une prostituée embarquée depuis le centre de Liège dans la camionnette conduite par l'accusé, avait été rouée de coups et était décédée des conséquences d'un enfoncement de la cage thoracique.

À la suite de la révélation de ces faits, une seconde prostituée avait affirmé avoir été victime de Stefan Asenov. Elle avait exposé qu'elle avait été prise en charge plus tôt dans la nuit dans la même camionnette. Elle avait été rouée de coups par l'accusé mais elle était parvenue à s'échapper en sautant de la camionnette en mouvement.
Selon les experts qui ont examiné sa personnalité, Stefan Asenov présente un risque de récidive, avec une personnalité antisociale et psychopathique ainsi qu'une volonté prédatrice et violente de s'en prendre aux femmes.

Dans leur acte de défense, les avocates de Stefan Asenov ont indiqué qu'elles ne contestent pas la matérialité des faits commis par leur client mais qu'elles plaideront leur requalification. La défense a soutenu que Stefan Asenov n'a établi aucun plan. Les avocates contesteront la préméditation des faits ainsi que l'intention de tuer. "Nous souhaitons la requalification des faits commis sur la principale victime en coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il ne voulait pas la tuer, il voulait simplement récupérer de l'argent qu'elle lui avait volé", ont indiqué les avocates de la défense.

  1. Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000
    Mise à jour

    Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000

    Le salaire de Stéphane Moreau, ex-administrateur délégué de Nethys, filiale de l’intercommunale Enodia, est garanti pour 250.000 euros, tandis que sa défense en justice l’est à hauteur d’un million d’euros, selon les termes d’un contrat d’assurance dont il bénéficie, rapporte vendredi la RTBF. Celui-ci couvre “les administrateurs et dirigeants passés, actuels et futurs d’Enodia” et a été souscrit le 18 juillet 2017.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Les trois médecins accusés d'avoir empoisonné une femme de 38 ans qui avait sollicité l'euthanasie en 2010 n'ont pas respecté les conditions et la procédure de la loi sur l'euthanasie, a fait savoir le représentant du ministère public dans son acte d'accusation. Le médecin qui a effectué l'euthanasie n'a pas agi dans les règles et les deux autres n'étaient pas indépendants à l'égard de la patiente, a-t-il expliqué vendredi devant la cour d'assises de Flandre orientale.