Cette scène a été abondamment partagée sur les réseaux sociaux ce week-end et a suscité de nombreux commentaires. On y voit une femme se faire asperger de gaz lacrymogène au visage par un policier, sous le regard choqué de plusieurs témoins.
Plein écran
Cette scène a été abondamment partagée sur les réseaux sociaux ce week-end et a suscité de nombreux commentaires. On y voit une femme se faire asperger de gaz lacrymogène au visage par un policier, sous le regard choqué de plusieurs témoins. © Audrey Despontin

Aspergée de gaz lacrymogène par un policier après la Boum 2: “Le policier a perdu pied, il était hors de contrôle”

Après l’évacuation du Bois de La Cambre suite à l’évènement interdit La Boum 2, la situation a complètement dégénéré dans les rues de Bruxelles. Des affrontements ont eu lieu entre forces de l’ordre et jeunes. Plusieurs vidéos d’interventions de policiers ont été diffusées sur les réseaux sociaux et font polémique. Certains témoins s’interrogent sur la violence et l’opportunité de certaines interventions. “J’avais l’impression qu’on était en guerre”, raconte Laurence, qui assisté à plusieurs scènes depuis le balcon de son appartement rue Franklin Roosevelt, à la sortie du Bois. Quant à Virginie Van Lierde, qui a été aspergée de gaz lacrymogène, elle dénonce l’attitude inacceptable des policiers à qui elle a été confrontée.

  1. Le projet d’une “Boum 3" déjà lancé: l’Abîme adresse une demande aux autorités

    Le projet d’une “Boum 3" déjà lancé: l’Abîme adresse une demande aux autorités

    Non autorisé, l’événement “La Boum 2" a attiré entre 1.000 et 2.000 personnes samedi dans le Bois de la Cambre à Bruxelles. À l'instar du premier rassemblement, de nouveaux débordements ont été constatés ce week-end et des affrontements ont eu lieu entre la police et les participants. Un troisième rendez-vous est déjà souhaité par le collectif l’Abîme qui a adressé une demande formelle aux autorités.
  2. Vandenbroucke chargé de trouver une solution pour les quotas Inami

    Vandenbrou­c­ke chargé de trouver une solution pour les quotas Inami

    Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a reçu vendredi la mission de mettre au point un système de responsabilisation des Communautés française et flamande, en concertation avec elle, afin qu’elles respectent les quotas de numéros Inami pour les médecins. Si la concertation n’aboutit pas d’ici la fin janvier 2022, les quotas seront maintenus à l’échelon fédéral et soumis aux règles fédérales, a-t-il expliqué dans un communiqué. D’ici la fin décembre de cette année, un organe de planification interfédéral doit également voir le jour.