Plein écran
Vincent Sauvage, avocat des parties civiles. © belga

Assises de Liège: des inscriptions nazies sur le corps de la victime

Le procès de Xavier Lurquin, un Liégeois de 23 ans accusé d'avoir commis un vol avec circonstance aggravante de meurtre, a débuté lundi devant la cour d'assises de Liège. Lors de la lecture de son acte d'accusation, l'avocat général a exposé que le corps de Didier Hodeige avait été tagué d'inscriptions nazies qui ont permis d'identifier l'auteur des faits.

Xavier Lurquin est accusé d'avoir tué Didier Hodeige entre le 26 septembre et le 1er octobre 2011 à Liège. L'accusé avait porté de nombreux coups à la victime et avait tenté d'incendier sa dépouille. Il avait ensuite volé ses effets personnels, parmi lesquels une console de jeux qu'il souhaitait revendre.

Le drame s'était déroulé dans le milieu des marginaux liégeois. Didier Hodeige avait été retrouvé mort le 1er octobre 2011. Le corps présentait de nombreuses traces de coups. Outre des coups contondants, le corps de Didier Hodeige présentait aussi des traces de coups de couteau et des parties calcinées. Son agresseur avait tenté de mettre le feu au cadavre avant de prendre la fuite.

Ce sont des inscriptions nazies taguées sur le corps de la victime qui ont permis d'identifier l'auteur des faits au terme de l'enquête. Sur le corps de Didier Hodeige, les policiers ont retrouvé les inscriptions "SS", "D-Moix", une croix gammée ainsi que la mention "Hilter". C'est cette dernière mention, mal orthographiée, qui a permis de confondre l'auteur.

Toutes les inscriptions nazies ont été réalisées au moyen d'un feutre rouge qui a été retrouvé à proximité du corps. Lors de sa comparution devant le juge d'instruction, Xavier Lurquin a été invité à réécrire les mentions relevées sur le corps de la victime. Lorsque le juge lui a demandé d'écrire le nom "Hitler", il a de nouveau écrit "Hilter". L'enquête avait démontré que Xavier Lurquin était dyslexique. Malgré cette particularité, Xavier Lurquin a nié les faits.

L'accusé est présenté comme un personnage antisocial et narcissique. Lors de l'enquête, confronté à des éléments déterminants, il a parfois refusé de répondre aux questions des enquêteurs. Malgré la présence de sang de la victime sur ses vêtements et sur certains objets emportés, il a nié les faits. Plusieurs témoins ont également affirmé l'avoir vu en possession de la console de jeux X-Box volée à Didier Hodeige.

Xavier Lurquin s'est plusieurs fois contredit en tentant de s'expliquer. Il a émis l'hypothèse que tous ceux qui l'accusent sont ligués contre lui et a estimé qu'il s'agissait de calomnies. Ses avocats ont annoncé qu'ils plaideront l'acquittement.