Bel élan de solidarité pour venir en aide à Jules et sa famille

Jules, ce petit garçon de deux ans qui s’est noyé cet été dans la piscine de la maison familiale pourrait bien retrouver une partie de ses capacités grâce à un traitement spécial, encore méconnu en Europe, et qui coûte 10.000€. Ce vendredi, une amie de la famille organise un événement solidaire pour aider le petit Jules, ses parents Cristel et David et sa sœur Sofia.

Plein écran
Jules et sa grande soeur Sofia. © D.R.

En juillet dernier, un événement terrible s’est produit dans la vie d'une famille de Nandrin. Par un beau jour d’été, alors que David Mullenders et Cristel Coulon parlaient avec les parents de cette dernière sur la terrasse, Jules, leur fils de deux ans, a disparu. Après avoir cherché plusieurs minutes, Cristel soulève la bâche qui recouvrait la piscine et y découvre son enfant. Ni une ni deux, elle plonge dans l’eau pour récupérer son fils, tente ensuite, à plusieurs reprises, d’appeler les urgences. Plus de vingt minutes après le sauvetage, l’ambulance arrive enfin. Jules est alors amené à l’hôpital où son pronostic vital est engagé. Son cerveau a manqué d'oxygène pendant un long moment. Après un coma de trois mois, l’enfant se réveille mais ne réagit plus à rien. Il est alors transféré dans un centre spécialisé à Louvain-la-Neuve où il est suivi par un personnel spécialisé en pédiatrie.

Un traitement sous caisson méconnu en Europe

Malgré les progrès du petit, Cristel espère plus : “J’ai rejoint des groupes Facebook de mamans qui avaient des enfants en situation de handicap ou qui avaient été privés d’oxygène comme Jules. Certains cas étaient très similaires au sien. Plusieurs mamans du Canada et des États-Unis m'ont parlé d'un traitement sous caisson hyperbare souple qui permet de réoxygéner une zone “dormante” du cerveau”. Les résultats parfois miraculeux les convainquent, elle et son mari. Après en avoir discuté avec un médecin canadien, celui-ci les met en contact avec un homologue basé à Nantes qui pourrait promulguer à Jules ce traitement encore méconnu en Europe. “Le problème, c’est qu’il n’y a pas de protocole pour ce traitement, pas non plus de rapport scientifique concernant son efficacité. Et puis, le caisson en question coûte 10.000€”, commente Cristel. Une somme que la famille est prête à mettre, parce qu’elle ne veut pas attendre et souhaite que Jules retrouve sa motricité et certaines de ses capacités rapidement. Ce dimanche, la famille partira d’ailleurs pour Nantes, en ambulance, afin de faire les premiers tests et revenir ensuite en Belgique avec le caisson.

Outre cette somme importante pour ce traitement, Cristel et David ont beaucoup d’autres frais, qui ne sont pas toujours couverts par l’assurance. “On doit lui acheter des atèles pour maintenir ses jambes. La mutuelle rembourse une paire par an, mais Jules n’a que deux ans et grandit vite. On est donc obligé d’en acheter au moins deux paires. Et puis, on a dû aménager une chambre au rez-de-chaussée de la maison, avec un lit médical. On a dû arrêter de travailler pour rester auprès de lui. On a rapidement été acculé de toutes parts. On a envisagé de vendre une partie de nos affaires, mais ce n’était pas non plus une solution. Quand Jules revient du centre, le week-end, il a besoin d’être dans un environnement qu'il connaît”, explique sa maman.

Plein écran
Jules, ici dans une table de verticalisation, réapprend à communiquer avec sa famille. © D.R.

Un groupe solidaire

C’est là qu’intervient Audrey, une amie de la famille. Désireuse de venir en aide à Jules, Cristel, David, et leur fille Sofia, dans ces moments difficiles, elle créée un groupe Facebook appelé “Noël solidaire pour Jules et sa famille”. Un lieu de partage et de discussion qui avait pour but, dans un premier temps, de remonter le moral de cette famille. “On a eu beaucoup de messages positifs qui nous ont fait beaucoup de bien. Beaucoup de personnes nous ont soutenus comme ils l’ont pu, par de simples mots”, s’émeut Cristel.

Si financièrement, la situation était, et est toujours, un peu compliquée, les parents de Jules n'ont jamais voulu faire l’aumône. Ça les mettait mal à l’aise de demander de l’argent. Mais, voyant que ça devenait de plus en plus difficile, à mesure que les factures s’accumulaient, Audrey a proposé d’inviter les membres du groupe à faire un don, s’ils le souhaitaient, sur le numéro de compte BE95 0837 7488 0358. “En quelques jours, on a reçu pas moins de 3.000€. C’est incroyable et nous en sommes très reconnaissants !”, s’exclame Cristel. Ce vendredi est organisé un événement solidaire, aux 3 Châteaux, à Saive, à partir de 16h. Toutes les recettes seront directement reversées à la famille de Jules.

“Nous voulons vraiment remercier Audrey, qui a tout géré toute seule pendant que nous nous occupions de Jules. Grâce à elle, on a été déchargé d’un sacré poids et son altruisme peut nous aider à mieux envisager l’avenir”, conclut Cristel.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.