Plein écran
archives © ap

Biberons d'alcool, couennes de jambon et excréments imposés à leurs cinq enfants

Un couple est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour coups, privation d'aliments, traitements inhumains et dégradants sur leurs cinq enfants. Ceux-ci étaient semble-t-il nourris de couennes de jambon, ainsi que de biberons à l'alcool ou à l'urine, et forcés à manger leurs excréments. Un simulacre de noyade est également évoqué. La question d'une requalification en tortures a été évoquée à l'audience.

Christopher L., 27 ans, et Gwendoline V., 29 ans, ont cinq enfants qui ont tous été placés en famille d'accueil au fil des années. Suivis depuis longtemps par les services de protection de la jeunesse, après des hospitalisation pour malnutrition, les enfants ont fini par évoquer les scènes de violence quotidiennes et les traitements qu'ils ont tour à tour subis.

À genoux, bras en l'air
Selon le parquet de Charleroi, les punitions corporelles étaient récurrentes. Les enfants étaient régulièrement enfermés dans leur chambre durant de longues heures ou forcés de rester à genoux dans un coin, les bras en l'air. Lors d'une de ces punitions, l'une des fillettes avait déféqué sur elle et aurait été forcée à manger ses excréments par son père.

Couennes de jambon ou croûtes de fromage
Les enfants souffraient clairement de malnutrition. Selon leurs dires, ils étaient souvent privés de repas et ne pouvaient manger que des couennes de jambon ou des croûtes de fromage, au point d'ailleurs qu'ils volaient les tartines de leurs congénères à l'école. Le parquet évoque également des biberons à l'alcool afin d'endormir les plus jeunes, mais également de biberons remplis d'urine.

Simulacre de noyade jusqu'à l'évanouissement
L'une des victimes a également fait état d'un simulacre de noyade, alors qu'elle prenait son bain, ce qui avait entraîné une perte de connaissance et son hospitalisation.

Aux assises?
Selon Me Mohymont, tuteur ad hoc des enfants, la souffrance de cette dernière fillette qui a cru mourir asphyxiée est suffisamment intense pour requalifier les faits en tortures. Avec pour conséquence que le tribunal correctionnel devrait se déclarer incompétent au profit de la cour d'assises. Le parquet, en revanche, estime que les tortures nécessitent une intensité telle que les douleurs physiques ou mentales étaient insupportables. Or, le dossier, malgré sa gravité, ne démontrerait pas une telle atrocité, d'autant que le simulacre de noyade n'est pas objectivé par des constatations médicales. Me Balsarini, conseil de Christopher L., estime également que le tribunal ne doit pas requalifier les faits et maintenir la prévention de traitements inhumains.

Le couple nie
Le couple nie formellement les faits. Le tribunal prendra sa décision sur le problème de qualification le 17 octobre.

  1. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  2. Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart
    Play

    Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart

    Un policier de la zone Bruxelles-Ouest a été filmé par un riverain lundi soir, dans la rue du Presbytère à Molenbeek-Saint-Jean, en train d'asséner des coups de pied et de poing dans la tête d'un suspect maîtrisé et au sol, selon une information diffusée mardi par La Capitale et la RTBF et confirmée par la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Koekelberg, Jette, Ganshoren et Berchem-Sainte-Agathe).