Bicky Burger: “De telles campagnes ternissent l’image du secteur”

L'association des agences de communication en Belgique (ACC) indique jeudi dans un communiqué se démarquer de la dernière campagne de Bicky Burger, "non seulement parce qu'elle est complètement déplacée et en contradiction avec les codes d'éthique du secteur, mais aussi parce que de telles campagnes ternissent un secteur qui, sous l'égide du JEP (Jury d'éthique publicitaire), se concentre depuis des décennies sur une publicité honnête, sincère et socialement responsable."

Plein écran
Bicky Burger et sa pub polémique. © DR

Pour le CEO de l'ACC, Johan Vandepoel, cette campagne ne "rend pas justice à notre profession. En tant que secteur, nous nous sommes engagés depuis des décennies dans la prévention afin de prévenir les campagnes publicitaires inappropriées."

“Faire les bons choix au quotidien”

Selon l'ACC, "l'incident de Bicky Burger montre que, pour chaque agence de communication, il est pertinent de rejoindre l'organisation du secteur qui aide les membres à faire les bons choix au quotidien". Les membres de l'ACC sont automatiquement membres du Conseil de la Publicité et du JEP, rappelle l'association. 

Rappel des faits

Publiée mardi sur la page Facebook de Bicky Burger, l'image montre un homme qui frappe une femme car elle ramène un "faux" Bicky Burger. La publication a entraîné de nombreuses critiques et a été retirée quelques heures plus tard.

Dossier transmis aux Pays-Bas

Le Jury d'éthique publicitaire (JEP) a indiqué avoir reçu plusieurs centaines de plaintes mais n'est pas compétent pour juger la campagne de la société néerlandaise. Le dossier sera donc transmis à l'organe d'autodiscipline de la publicité aux Pays-Bas. 

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.