Plein écran
© iStock

Bientôt de l’eau de mer au robinet?

Il est possible que des robinets du nord du pays distribuent bientôt de l'eau de mer désalinisée. De Watergroep, la principale société de distribution de l'or bleu en Flandre, lancera en effet en 2020 un projet-pilote de désalinisation d'eau de la mer du Nord afin d'en faire de l'eau potable, a indiqué son directeur général Hans Goossens.

La désalinisation ou dessalement permet d'obtenir de l'eau douce potable à partir d'une eau salée comme celle provenant de la mer. Certains pays comme Israël ou l'Australie utilisent cette technique pour produire de l'eau potable. Au nord du pays, on est intéressé.

"La Flandre ne dispose que d'une quantité limitée d'eau douce. Nous misons pleinement sur la réutilisation et les technologies intelligentes pour économiser l'eau potable mais le dessalement d'eau de mer ou d'eau saumâtre peut offrir une solution afin de garantir notre sécurité d'approvisionnement", explique le directeur général de De Watergroep.

L'entreprise n'en comporte pas moins une série de défis. Le dessalement est énergivore et très coûteux, même si les coûts diminuent fortement. Un deuxième défi tourne autour des résidus du processus de désalinisation, à savoir du sel.

De Watergroep travaille sur un projet-pilote, avec une installation de dessalement sur terre qui pourrait tourner à l'aide d'électricité produite par l'éolien en mer. "Les éoliennes produisent aussi de l'électricité quand il y a peu de demande. C'est une piste de réflexion: utiliser ce courant pour le dessalement", poursuit le patron de la société flamande de distribution d'eau.

S'il s'agit d'un premier projet-pilote, la chance est "réelle" que de l'eau de la mer du Nord soit désalinisée et un jour distribuée en Flandre, selon Hans Goossens. Ce serait une première. "Mais les Néerlandais étudient également cette possibilité.”

Plein écran
De Watergroep © Photo News
  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.