Plein écran
La Hollande se penche sérieusement sur une limitation de la vitesse maximale à 100 km/h sur les autoroutes. © ANP

Bientôt une limitation à 100 km/h sur nos autoroutes?

Vias, l’institut de recherche sur le trafic routier, se montre favorable à une réduction de 120 à 100 km/h pour la vitesse maximale autorisée sur nos autoroutes. Cette proposition fait actuellement l’objet d’un examen sérieux aux Pays-Bas.

Avec l’Espagne, la Belgique est actuellement le plus mauvais élève lorsque l’on parle d’accidents mortels sur la route. “Chaque année, 58 personnes par millier de kilomètres d’autoroute sont tuées dans notre pays, soit plus du double de la moyenne européenne qui est de 25,” déclare Benoît Godart de Vias. “Limiter la vitesse maximale à 100 km/h permettrait de sauver une dizaine de vies par an et de réduire le nombre d’accidents graves d’environ 95%. Étant donné qu’aujourd’hui près de la moitié des conducteurs ne respectent pas la limite de 120 km/h, une réduction devrait s’accompagner de contrôles stricts et réguliers”. 

En France, le président Emmanuel Macron a pris la décision de réduire la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes départementales. Chez nos voisins du Nord, où le 130 km/h est la norme sur la plupart des autoroutes, cette idée fait aussi son chemin. C’est ici la limitation des accidents qui est mise en avant, bien plus que la baisse des émissions de carbone. 

Sondage

Limiter la vitesse à 100 km/h sur autoroute: une idée...

  • salvatrice (7%)
  • à creuser (7%)
  • irréaliste (26%)
  • insupportable (58%)
  • qui ne me fait ni chaud ni froid (2%)
15046 votants
  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.