Plein écran
Illustration. © photo_news

Blankenberge suit le modèle de Knokke: plus de musique sur les terrasses après 23 heures

À partir de 23 heures, il n’est désormais plus possible de jouer de la musique sur les terrasses de Blankenberge. La station de la côte belge veut lutter contre les nuisances pour les riverains, annonce Het Laatste Nieuws.

Après Knokke, une autre ville côtière décide de passer à l’action concernant les nuisances occasionnées par les terrasses: Blankenberge. “Nous recevons trop de plaintes d’habitants au sujet d’établissements où de la musique en plein air est diffusée jusque tard dans la nuit. Nous apprécions que notre ville soit très vivante, mais nous devons garder l’église au milieu du village”, explique la bourgmestre Daphné Dumery (N-VA).

À partir de ce 1er octobre, les terrasses sont désormais autorisées à diffuser de la musique de 10 heures à 23 heures uniquement, a décidé le collège du bourgmestre et des échevins. Les normes plus souples fixées par la commune en 2002 ne sont dès lors plus d’application. Auparavant, Blankenberge permettait aux cafés de diffuser de la musique jusqu’à 3 heures du matin en juillet et août. Les propriétaires des établissements qui ne respecteront pas la nouvelle règle peuvent s’attendre à des sanctions.

D’autre part, dans le cadre de l’organisation d’événements particuliers comme des fêtes ou des spectacles, les commerces devront obtenir une dérogation de la commune. Sauf exception laissée à la discrétion du collège des échevins, ces activités ne peuvent avoir lieu plus de douze fois par an et à raison de deux fois par mois maximum. Voilà qui promet un été nettement plus calme.

Plein écran
Daphné Dumery (N-VA) © RV
  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.