Plein écran
© Belga

Bruno Dayez, avocat de Marc Dutroux: “Personne ne peut être qualifié de monstre”

Invité sur le plateau de Jeudi en Prime sur la RTBF, Bruno Dayez, avocat de Marc Dutroux, a assuré qu’il est prématuré “de parler de libération conditionnelle” pour son client. 

Jeudi, devant le Tribunal de l’Application des Peines (TAP) , les avocats de Marc Dutroux ont demandé qu’un collège de cinq experts psychiatres soit désigné pour examiner à nouveau leur client. Une requête qui entre dans le processus d’une éventuelle demande de libération conditionnelle. 

“On l’avait diagnostiqué psychopathe en 1996 et certains pensent qu’il l’est resté. On nie ainsi la capacité d’évolution d’un humain sur un quart de siècle”, avance Bruno Dayez, l’un des conseils de Marc Dutroux, sur le plateau de Jeudi en Prime. Avant de jouer la carte de la prudence. “Je ne préjuge pas de la décision du TAP. Il n’est pas encore temps de parler de libération conditionnelle.”

“C’est dur à assumer”

Selon l’avocat, “personne ne peut être qualifié de monstre.” Il martèle également que son client est “sain d’esprit” malgré les 23 années passées en prison dans des conditions “abominables”.

Bruno Dayez a ensuite évoqué les répercussions de sa mission sur sa propre vie privée: “Je suis sous protection policière, c’est dur à assumer jour après jour.”

Plein écran
Bruno Dayez © Photo News
  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.