Plein écran
© Photo News

Brussels Airport s’engage à ne plus émettre de CO2 d'ici 2050

Près de 200 aéroports se sont engagés mercredi à ne plus émettre de CO2 d'ici 2050. Ils ont signé une résolution de l'association des aéroports ACI Europe en ce sens lors du 29e congrès annuel d'ACI Europe à Chypre. 

Brussels Airport fait partie de ceux qui se sont unis derrière cet objectif "ambitieux" en matière de climat et de développement durable, indique-t-il. Au total, 194 aéroports de 24 pays, représentant ensemble près de deux tiers des passagers voyageant en Europe l'an dernier, se sont engagés à ne plus produire d'émissions nettes de CO2 au plus tard d'ici 2050. 

Brussels Airport en profite pour rappeler qu'il est "neutre en CO2" depuis l'an dernier selon le programme d'accréditation carbone d'ACI Europe. Ce qui signifie concrètement que l'aéroport bruxellois s'engage à réduire en permanence ses émissions de CO2, espérant atteindre -40% d'ici 2030, et qu'il compense également ses émissions résiduelles.

Pour son administrateur délégué Arnaud Feist, "il est grand temps de passer à l'étape suivante (...) pour mettre en oeuvre une politique zéro émission de CO2 sans compensation".

Des pistes d’actions concrètes 

L'aéroport a identifié cinq domaines d'activité dans lesquels des progrès importants peuvent être réalisés à court terme: gestion des déchets, bruit au sol et qualité de l'air local, inclusion, infrastructure durable et mobilité.

Plusieurs projets dans ce contexte ont déjà été mis en oeuvre récemment, à l'image de la charte des déchets signée mardi par 25 partenaires afin de réduire, mieux trier et recycler les déchets. Trente bus électriques ont en outre remplacé les bus au diesel sur le tarmac et des bâtiments économes en énergie ont été ou seront construits. Enfin, un 'Ringtrambus' fonctionnera à partir du mois de septembre tandis qu'un bus autonome sera testé en 2020.