Plein écran
Souhail Chichah, assistant à l'ULB, serait à la base du mouvement de contestation.

"Burqa, bla bla!": un débat tourne court à l'ULB (vidéo)

Un débat organisé à l'ULB a tourné court, perturbé par l'intervention d'islamistes intégristes.

Mardi soir avait été organisé à l'ULB un débat entre la journaliste française Caroline Fourest, défenseuse de la laïcité et Hervé Hasquin sur le thème: "L'extrême droite est-elle ou non devenue fréquentable?"

Alors que les intervenants s'apprêtaient à débattre, la conférence a été chahutée par des activistes coiffés de niqab, venus vraisemblablement reprocher des positions islamophobes à Caroline Fourest, sous le cri de "Burqa, bla bla!".

Les perturbateurs auraient été mobilisés par un assistant et chercheur en économie de l'ULB, Souhail Chichah, connu pour ses idées extrêmistes et que l'animateur du débat, Guy Haarscher, a incité à faire preuve de courage en venant s'exprimer sur le devant de la scène. Souhail Chichah avait depuis plusieurs jours appelé à une "Burqa pride" sur les réseaux sociaux, indique Le Soir, censée consacrer la "lapidation de Caroline Fourest".

"Je tiens juste à signaler que les débats sur ces sujets-là, j'en ai au Yémen, j'en ai partout dans le monde et qu'il n'y a en qu'en Belgique et à l'ULB...", a déclaré Caroline Fourest au micro, avant d'être à nouveau interrompue par les activistes. La journaliste a dû quitter la salle escortée par le service de sécurité et le débat n'a pu avoir lieu.

L'UBL s'est dit scandalisée par cette atteinte à la liberté d'expression selon Le Soir, qui indique que le recteur compte saisir le conseil de discipline de l'université afin de décider du sort de Souhail Chichah.

Quant à Caroline Fourest, elle a déclaré qu'elle ne reviendrait plus. (vt)

  1. Les drapeaux flamingants retirés au Pukkelpop, Peter De Roover exige des excuses publiques

    Les drapeaux flamin­gants retirés au Pukkelpop, Peter De Roover exige des excuses publiques

    Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, a exigé des excuses publiques de l'organisateur du Pukkelpop, Chokri Mahassine, pour avoir fait retirer vendredi du site du festival les drapeaux flamingants frappés du lion noir (contrairement aux drapeaux flamands qui présentent également des teintes de rouge avec les griffes et la langue de l'animal, NDLR). Le festival avait expliqué son geste car il s'agit d'un "symbole de la collaboration, qui n'a pas sa place ici". Mais une telle appellation reste en travers de la gorge de M. De Roover.
  2. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.