Caro est enfin sortie de la rue et veut aider les sans-abri

La bonne nouvelle est tombée hier, en début de soirée. Caro (nom d’emprunt), cette femme de 53 ans qui se retrouvait à la rue, contrainte de vivre dans sa voiture suite à un divorce, vient de retrouver un logement. 

Plein écran
Illustration. © Photo News

Ce lundi, nous vous faisions part du désespoir de Caro (nom d’emprunt). Cette habitante de Flémalle s’était retrouvée à la rue, du jour au lendemain, faute de logement social et de moyens pour s’offrir un appartement privé. Après un divorce difficile, son mari était parti, la laissant seule pour régler un impayable loyer de 700€. Au bout de deux semaines à dormir dans sa voiture et à frapper à toutes les portes pour trouver une solution, elle n’en pouvait plus. Elle énonçait même que quitter cette Terre serait peut-être la meilleure solution pour elle.

Caro vivra dans un logement de transit

Mais voilà, après un peu plus de deux semaines de galère, Caro a enfin trouvé un logement. Une bonne nouvelle qui nous a été rapportée par Benoit Lecocq, de l’ASBL Benoit et Michel, qui l’avait beaucoup aidée durant cette période difficile. “Je viens de l’apprendre à l’instant. Je suis heureuse, vous ne pouvez pas vous imaginer. Je n’ai pas perdu la foi, j’ai gardé espoir et voilà”, s’émeut l’ancienne SDF. 

L’appartement en question est un hébergement dit “de transit”. Un type logement réhabilité grâce à une subvention de la Région et réservé aux personnes en état de précarité. C’est le cas notamment de celles en guidance auprès d’un service de médiation de dettes, ou privées de logement pour des motifs de force majeure. Caro dispose de cet appartement durant 6 mois. Il lui rapporte également deux points qui seront indispensables pour sa candidature à un logement social. En tout, ayant rempli un papier la signalant SDF, elle a déjà 7 points.

“Il se trouve à Antheit, près de Huy. C’est un peu loin de là où je vivais, mais ce n’est pas grave. Il fait 60m2, avec une chambre à part. Il est vraiment bien et ne coûte que 380€ par mois, charges comprises. Je pourrai y accueillir mon fils SDF et l’héberger quelques nuits. C’est formidable”, s’enthousiasme la Flémalloise qui a déjà signé les papiers et emménage ce jeudi après-midi. Elle le clame haut et fort, la rue elle l’a connue une fois et ne la connaîtra pas une seconde fois.

Elle veut aider les sans-abri

Depuis qu’elle est petite, Caro a toujours eu envie d’aider les autres. La situation qu’elle a vécue durant près de trois semaines lui a fait prendre conscience des conditions de vie des sans-abri et de la difficulté de trouver un logement. Elle s’interroge encore : “Il y a des SDF qui sont à la rue depuis bien plus longtemps que moi. Alors pourquoi moi et pas un autre? Pourquoi la Région ou la Belgique en général ne se bougent pas plus pour eux?”

Après quelques jours de repos bien mérité dans son nouveau logement, elle s’engage à mettre toutes ses forces dans l’aide aux personnes précarisées. “Pour moi, c’est une mission que je dois accomplir pour les autres”, dit-elle. Pendant qu’elle était à la rue, elle avait d’ailleurs déjà ouvert un groupe d’entraide appelé “le combat des SDF et des gens précarisés” où elle organise, notamment, une collecte de vêtements chauds à l’approche de l’hiver. “J’ai été sauvée, alors je veux sauver les autres personnes de la rue à mon tour”, conclut-elle.