Illustration
Plein écran
Illustration © BELGA

Caroline Désir écarte toute prolongation des cours pendant les vacances d'été, Pierre-Yves Jeholet la recadre: “Aucune piste n’est exclue”

Mise à jourLa ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS) a exclu mercredi de prolonger les cours durant les vacances d'été pour rattraper les semaines de suspension des cours en raison de la pandémie de Covid-19. Le ministre-président de la FWB, Pierre-Yves Jeholet (MR), a toutefois rapidement recadré sa ministre et précisé qu’“aucune piste n’était exclue”. 

Caroline Désir, ministre de l'Éducation (Fédération Wallonie-Bruxelles)
Plein écran
Caroline Désir, ministre de l'Éducation (Fédération Wallonie-Bruxelles) © BELGA

Cette idée a été émise la semaine dernière par l'économiste Geert Noels, estimant que pareille mesure serait à la fois bénéfique aux enfants ainsi qu'à l'économie en général. La proposition, qui a directement reçu un accueil réservé des syndicats enseignants, suscite depuis quelques remous dans l'opinion.

Pas à l’ordre du jour

Dans un communiqué mercredi, la ministre Désir tient à préciser que pareille prolongation n'émane pas d'elle, et qu'elle n'est pas à l'ordre du jour actuellement.

"Le cabinet de la ministre Caroline Désir et son administration étudient, au fur et à mesure, les différents scenarii concernant les conséquences pédagogiques de la crise si le Conseil national de sécurité devait décider de poursuivre la durée du confinement", précise le communiqué. 

"Les différentes options seront bien entendues concertées avec les fédérations de pouvoirs organisateurs, les syndicats et les fédérations des associations de parents mais la prolongation des cours durant les vacances d'été ne fait actuellement pas partie de ces scenarii", conclut le texte. 

Pierre-Yves Jeholet la recadre: “Aucune piste n’est exclue”

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) a cependant rapidement recadré sa ministre de L'Éducation: “Je ne veux pas qu’on vienne avec de quelconques exclusives pour la fin de l’année (scolaire)”, a réagi M. Jeholet auprès de Belga. “Aucune piste n’est exclue aujourd’hui”.

 Pour le ministre-président, avant de prendre attitude sur ce sujet, il importe d’attendre d’abord la décision du prochain Conseil national de sécurité quant à une éventuelle prolongation ou renforcement des mesures de confinement avant de se prononcer sur l’organisation de la fin de l’année scolaire.

“On vit une crise unique et exceptionnelle”

“Je pense qu’on vit une crise unique et exceptionnelle dans son ampleur. Il y aura donc des situations exceptionnelles, à décider en concertation avec les différents secteurs. (...) Mais ce qui doit nous guider, c’est l’intérêt des enfants. C’est ça qui doit primer”, insiste le chef de l’exécutif fédératif. “Il n’y a donc pas d’exclusive à ce stade. C’est de toute façon une décision qui sera prise au niveau du gouvernement”.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.