Plein écran
© Photonews

Céline Fremault (cdH): “Ecolo a gagné les élections mais perdu les négociations”

“La rupture annoncée par Ecolo n'a pas eu lieu”, a estimé jeudi sur LN24 après la lecture de la déclaration gouvernementale l'ex-ministre bruxelloise Céline Fremault (cdH) qui retrouve les bancs de l'opposition. Sur La Première (RTBF), elle a estimé qu'Ecolo avait gagné les élections mais perdu les négociations.

Selon elle, le gouvernement Vervoort III s'inscrit dans la continuité du précédent. L'ex-ministre cdH craint cependant pour le financement de certaines mesures annoncées. 

D'après Céline Frémault, l'intégration de l'économie circulaire, les plans Good Food et Good Move, la réforme de la lutte contre le sans-abrisme, l'allocation loyer sont autant de mesures qui s'inscrivent dans la continuité de la précédente équipe. Elle ne voit rien de révolutionnaire dans l'ambition climatique et énergétique en dépit du retour au pouvoir des écologistes, dans la ligne de mire de la députée centriste. "Le compteur tournait mais où est l'ambition majorée sur le climat et l'énergie? ", s'interroge-t-elle sur LN24, opposant "l'idéologie d'un parti exprimée dans les médias et la réalité de la mise en oeuvre ainsi que le financement des mesures". 

Le chapitre consacré à la mobilité est jugé "extrêmement faible" par l'ex-ministre selon qui les mesures annoncées en la matière nécessiteront des coupes dans d'autres politiques. "Tant mieux si on prolonge deux lignes de tram qui étaient dans les cartons de la Stib mais il faudra m'expliquer comment on bouclera le métro nord en 2024. Il faudra doubler voire tripler le budget de Beliris", estime Mme Fremault. 

Enfin, celle-ci regrette l'éclatement de compétences telles que l'économie et l'emploi. Elle promet au nouveau gouvernement "une opposition constructive mais extrêmement ferme".

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.