Plein écran
© thinkstock

Ces dessins que laissent les cambrioleurs en repérant votre maison

La période des vacances arrive et avec elle, la recrudescence des cambriolages. Pour les voleurs aussi, l'été est synonyme de haute saison. Souvent, des repérages sont effectués pour tenter de dénicher les maisons vides, quand les occupants sont partis se détendre au soleil et au bord de l'eau. Pour faciliter leur "travail", les cambrioleurs choisissent parfois une méthode très simple, qui consiste à laisser des petits dessins sur la façade pour identifier la cible. Par exemple: "maison avec un chien", "alarme", "rien à voler", "attention aux voisins", etc.

Mais ces dessins existent-ils vraiment ou s'agit-il d'une légende urbaine? Pour en avoir le coeur net, le quotidien flamand De Morgen a posé la question au commissaire Fons Bastiaenssens, de la police locale d'Anvers. "Ces dessins existent certainement au sein des bandes organisées. Ils communiquent par dessins pour, par exemple, dire qu'il s'agit d'une maison avec des bijoux ou avec de l'argent. Mais ces dernières années, je dois avouer que nous n'avons pas été souvent confrontés au phénomène."

"Ceci dit, ce n'est absolument pas une légende urbaine. Cela avait disparu ces derniers temps mais il semble que la pratique soit revenue."

Pas de psychose!
Tine Hollevoet, de la police fédérale, préfère toutefois temporiser la psychose qui pourrait s'installer au sein de la population. "Cela ne veut pas dire qu'on ne fait pas attention", dit-elle. "Quand quelqu'un remarque un étrange dessin sur son trottoir ou sa façade, le mieux est de faire une photo et de la montrer aux services de police."

Selon nos observations, il semble qu'il n'y ait pas de code unique et que plusieurs dessins peuvent dire la même chose, comme on peut le voir sur les exemples publiés par De Morgen et la Gendarmerie Nationale française l'année dernière (voir ci-dessous). Le mieux à faire est donc de prévenir la police dès que vous constatez un dessin suspect.

Plein écran
© DR
  1. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.