Illustration
Plein écran
Illustration © BELGA

Ces recyparcs wallons désormais accessibles sans rendez-vous

Les citoyens et les PME pourront accéder, dès lundi, sans rendez-vous aux recyparcs de Wallonie picarde et du Sud-Hainaut. Les bureaux seront eux aussi accessibles à condition de respecter la distanciation sociale.

Dans le cadre du plan de réouverture progressive des recyparcs gérés par l'intercommunale Ipalle, les usagers devaient jusqu'à présent prendre rendez-vous au préalable. À partir de lundi, l'accès aux recyparcs pourra à nouveau se faire en semaine sans rendez-vous.

La prise de rendez-vous en ligne est encore obligatoire pour le samedi sur www.ipalle.be, tandis que les permanences téléphoniques ont été supprimées. En Wallonie picarde, les parcs seront accessibles du lundi au vendredi (12h00 à 19h00) et le samedi (08h30 à 19h00). En Sud-Hainaut, ils seront ouverts du lundi au vendredi (11h00 à 18h00) et le samedi (08h00 à 17h00). Cette mesure concerne les parcs des 23 communes de Wallonie picarde et les parcs des sept communes de la zone Sud-Hainaut.

Tous les déchets sont désormais repris dans les recypacs Ipalle, à l'exception de l'asbeste ciment (déchets d'amiante). Les bureaux des recyparcs ont aussi été configurés afin de garantir le respect de la distanciation sociale. L'accès en sera à nouveau autorisé dès ce lundi. Moyennant le port du masque, les visiteurs pourront obtenir une carte d'accès et acheter divers produits (bioseaux, sacs de compost...). Munis de leur carte d'accès, les usagers devront rester dans leur véhicule, fenêtres fermées. Le scan de la carte se fera à travers les vitres. Les enfants de moins de 16 ans sont priés de rester dans le véhicule.

Les usagers devront se munir de leurs propres outils. Les agents ne fourniront aucune aide lors du dépôt dans les conteneurs. 

  1. Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoires

    Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoi­res

    Le principal suspect dans l'enlèvement d'un enfant limbourgeois de 13 ans, Khalid Bouloudo, 45 ans et originaire de Maaseik, a déjà été condamné pour son passé d'islamiste radical. Il avait écopé de dix ans de prison en première instance, mais la cour d'appel de Bruxelles a revu cette condamnation en mai 2019 à trois ans de prison avec sursis, couplés à une période probatoire de cinq ans. Malgré ces conditions, il semble que le quadragénaire ait disparu des radars et ait continué à recruter des extrémistes afin de monter cette récente prise d'otages.