Cette Flémalloise donne rendez-vous aux internautes chaque samedi pour son blind test édition spéciale “de mon salon”

Tous les samedis, durant autant de temps que durera le confinement, Axelle Clamart a décidé d’organiser son édition spéciale du blind test, depuis son salon. Un premier rendez-vous avait été donné le samedi 21 mars et avait rassemblé pas moins de 550 participants. La Flémalloise espère qu’autant de personnes, sinon plus, joueront ce samedi.

Axelle Clamart donne rendez-vous aux participants tous les samedis du confinement.
Plein écran
Axelle Clamart donne rendez-vous aux participants tous les samedis du confinement. © Capture d'écran Facebook

On n’aura de cesse de le répéter, le secteur culturel est fortement impacté par les mesures du gouvernement fédéral pour lutter contre le Covid-19. Mais certains acteurs du secteur ne se laissent pas abattre et s’adaptent, à leur façon, au confinement. Pas le choix. Leur médium de prédilection ? Internet, bien sûr, et Facebook en particulier.

En temps normal, Axelle Clamart est animatrice indépendante et se déplace pour divertir petits et grands. Mais en cette période de crise sanitaire, elle s’est reconvertie dans l’animation virtuelle. Samedi dernier, le 21 mars, elle a organisé son premier blind test par Internet. “On ne peut rien faire, en ce moment”, commente la jeune Flémalloise. “Je me suis demandé ce qu’il était possible de faire, depuis chez moi, pour faire oublier le confinement et faire passer un bon moment aux gens. Le blind test a été comme une évidence, puisque j’en fais régulièrement.”

Édition spéciale “de mon salon”

La Flémalloise a décidé de donner rendez-vous aux internautes, tous les samedis, pour son “Crazy Music Quiz” diffusé depuis son salon. Au programme, des séries de chansons classiques, mais aussi des jeux d'observation avec des images et des vidéos qu’elle diffusera sur sa télévision.

“La première fois, on était 550 personnes à participer. J’ai eu plein de retours positifs de leur part. Certains m’ont même envoyé des photos et vidéos prises chez eux, avec leurs enfants qui participaient. C’est vraiment incroyable, ça met du baume au cœur!”, s’enthousiasme Axelle.

Même les animaux s'y sont mis.
Plein écran
Même les animaux s'y sont mis. © D.R.
Plus de 500 personnes ont participé à la première édition du quiz "de mon salon".
Plein écran
Plus de 500 personnes ont participé à la première édition du quiz "de mon salon". © D.R.

Si la première édition de son blind test amélioré était organisé via une plateforme, les nombreux bugs l’ont encouragée à préférer le Facebook Live. Et, autre nouveauté, elle propose aux joueurs de choisir l’une des catégories qui seront proposées ce samedi. Cela semble se jouer entre le rock et le rap.

Une carrière presque toute tracée

Dans le milieu du divertissement, Axelle n’est pas une novice. Petite déjà, elle suivait son père DJ sur ses différents lieux de travail. Malgré cela, la jeune femme ne se destinait pas à suivre les pas de son papa, puisqu’elle a été, pendant un temps, enseignante. “Un jour, une amie m’a demandé si je pouvais faire un blind test pour une soirée scoute. De file en aiguille, d’autres personnes m’ont demandé d’animer leurs soirées. Puis, il y a trois ans, alors que j’étais au chômage, je me suis dit qu’il fallait que je me lance, que je crée ma boîte de divertissement. Depuis, je fais des animations pour les petits, mais aussi des team building et des soirées pour les adultes”, explique-t-elle.

Habituellement, c'est dans des salles que la Flémalloise organise ses blind tests.
Plein écran
Habituellement, c'est dans des salles que la Flémalloise organise ses blind tests. © D.R.
Axelle s'est lancée dans l'animation il y a trois ans.
Plein écran
Axelle s'est lancée dans l'animation il y a trois ans. © D.R.

Même si les débuts n'ont pas été faciles, depuis plus ou moins un an, tout roule pour elle. À présent, elle parvient à en vivre, en plus d'un mi-temps “alimentaire” dans l’administratif, et dit ne pas regretter son choix.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.