Plein écran
© Photo News

Charles Michel fustige les “insultes” de Zakia Khattabi

Mise à jourInvité à s’exprimer sur les ondes de La Première et de Bel RTL ce matin, Charles Michel n’a pas mâché ses mots à l’égard d’Ecolo.

Sur La Première, le Premier ministre sortant a ironisé sur les politesses entre Ecolo et le PS lors du grand débat de la veille: “Le duel entre Ecolo et PS ressemblait plus à ‘Mariés au premier regard’ qu’à un duel”. 

Les “ambiguïtés” d’Ecolo

Il n’a pas épargné Ecolo. La présidente des Verts avait déclaré que la montée du Vlaams Belang relevait de la responsabilité de Charles Michel et que le MR participait à “une course à l’électoralisme le plus puant”. Interrogé par Thomas Gadisseux, (“ça vous inquiète la montée des extrêmes?”), Charles Michel s’est contenté de fustiger l’attitude d’Ecolo: “Ce qui m’inquiète ce sont les insultes de Zakia Khattabi et les ambiguïtés du programme d’Ecolo”. Une cible de choix pour le MR, après les insinuations de Didier Reynders.

La présidente des Verts a répondu d’un laconique “#voilà” sur Twitter, partageant un commentaire perplexe face aux préoccupations de Charles Michel (voir ci-dessous). 

Les “propos outranciers” de la N-VA

Le Premier ministre a ensuite condamné les propos controversés de Bart De Wever. Le président de la N-VA s’était félicité en 2016 de “razzias” policières menées à Anvers, dans le milieu criminel, en visant de préférence des nationalités pour lesquelles des vols de rapatriement étaient déjà programmés sur “Air Francken”. Un extrait sonore de cette intervention a été dévoilé cette semaine par Le Vif. “Ce sont des propos outranciers qui doivent être condamnés”. 

Sur Bel RTL, il a d’ailleurs condamné “toutes les outrances”, dont les “dérapages” d’Emir Kir dans les médias étrangers. Le député-bourgmestre socialiste de Saint-Josse avait en effet fustigé dans la presse étrangère une chasse gouvernementale aux musulmans.

“Pas d’exclusives”

Charles Michel n’a pas pour autant renoncé à gouverner avec la N-VA: “Je n’ai pas l’intention de déterminer des exclusives qui vont rendre le pays ingouvernable. D’ailleurs, ceux qui expriment des exclusives sont particulièrement hypocrites puisque le parti socialiste oublie que leurs homologues flamands gouvernent à Anvers avec la N-VA. Et Ecolo oublie que Groen est dans de très nombreuses majorités communales avec la N-VA.”

La N-VA sous la menace du Vlaams Belang

Menacée par le Vlaams Belang, qui reprend du poil de la bête depuis les élections communales, la N-VA a quitté le gouvernement Michel fin 2018, en désaccord avec le choix de celui-ci de s’inscrire dans une politique multilatérale de gestion des flux migratoires. Depuis lors, elle multiplie les sorties sur ce sujet, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken ayant mis en garde face au “tsunami de migrants” qui pourrait déferler sur la Flandre si le chef de file écologiste flamand Kristof Calvo devait devenir Premier ministre.