Plein écran
© belga

Charles Michel nouveau président du MR

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

L'actuel ministre de la Coopération au développement, Charles Michel, 35 ans, a été élu à la présidence du MR avec 54,75% des suffrages exprimés, succédant à Didier Reynders, a annoncé vendredi soir le parti.

M. Michel a recueilli 9.710 des 17.374 voix jugées valables. Au total, 17.834 bulletins de vote envoyés par des membres du MR ont été reçus au siège du Mouvement réformateur, dont une centaine ont été jugés non valable. M. Michel a donc obtenu 54,75% des voix, contre 45,25 à M. Bacquelaine, selon des résultats officieux rendus publics en soirée par le parti. Les résultats définitifs seront annoncés lundi, avec une entrée en fonction prévue du nouveau président le 14 février prochain.

Fils de...
Charles Michel, qui a été élu président du MR, est âgé de 35 ans. Fils de l'ancien ministre des Affaires étrangères Louis Michel, il était depuis 2008 ministre de la Coopération au développement, son premier poste au sein du gouvernement fédéral. Né le 21 décembre 1975 à Namur, M. Michel a commencé sa carrière politique à 16 ans en adhérant à la nouvelle fédération des Jeunes Réformateurs Libéraux de Jodoigne dont il assume d'emblée la présidence. Placé en queue de liste lors des élections provinciales de 1994, il rallie -à 18 ans - plus de 4.000 suffrages et décroche un siège au conseil provincial de Brabant wallon dont il se voit confier dès 1995 la vice-présidence.

Accélérateur
Il a entre-temps poursuivi ses études et a décroché une licence en droit à l'ULB. En 1999, il est élu à la Chambre et participe notamment à la commission d'enquête sur la dioxine. Sa carrière, déjà fulgurante, a connu un coup d'accélérateur en 2000 quand il succède à l'éphémère Jean-Marie Séverin, ministre des Affaires intérieures du gouvernement wallon. Il s'est illustré à ce poste en tentant de réformer les provinces, les intercommunales et le fonds des communes ou encore en instaurant un Code wallon de la Fonction publique.

Déchirement
A l'époque, les polémiques avec les socialistes, et en particulier le ministre-président Jean-Claude Van Cauwenberghe, n'ont pas manqué, à tel point qu'en 2004, l'un des arguments invoqués dans les rangs socialistes pour justifier l'éviction du MR des Communautés et Régions fut l'attitude de Charles Michel, accusé d'être un danger pour les municipalités socialistes en Wallonie. Ses détracteurs ont souvent mis son ascension en politique sur le compte de sa filiation. En 2004, lorsque son père, Louis Michel, quitte le gouvernement belge pour la Commission européenne, il tente d'ailleurs de ravir la présidence du MR. Un autre Brabançon wallon, Serge Kubla, menace de se présenter lui aussi. C'est finalement Didier Reynders qui se présente à la présidence et évite le déchirement du parti.

Taux de pénétration
En 2003, de même qu'en 2007, Charles Michel a été réélu à la Chambre en enregistrant à chaque fois le taux de pénétration le plus élevé du côté francophone. En 2006, il est également devenu bourgmestre de Wavre dont il était déjà conseiller communal depuis 2000. En décembre 2007, il entre au gouvernement fédéral en tant que ministre de la Coopération au développement, poste qu'il garde dans les gouvernements successifs Leterme I, Van Rompuy et Leterme II.

Entre-temps, à l'automne 2010, il a été un de ceux qui, avec le groupe Renaissance, ont contesté le cumul de M. Reynders à la fois comme président du MR, vice-Premier ministre et ministre des Finances.


  1. Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimistes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimis­tes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    "Cela ne s'annonce pas bien", a confié lundi après-midi Katrien Degryse, représentante du Setca, à l'issue d'une réunion générale entre direction et syndicats de Thomas Cook Belgique. "La direction a dit qu'il y avait 1% de chance qu'une solution se dégage des négociations. Cela ressemblait à un discours d'adieu." La situation est dès lors très mal embarquée, déplorent les syndicats.
  2. Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable "tant en termes d'image que de service à la population. Nous n'allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).