Plein écran
Banderole appelant à la scission de BHV sur la façade de la maison communale d'Overijse.

Chasse au français à Overijse

Dans leur dernier journal officiel "De Overijsenaar", les autorités communales d'Overijse appellent les citoyens à dénoncer tout commerçant qui présenterait des affiches dans une autre langue que le néerlandais, rapporte jeudi La Dernière Heure, qui parle de "chasse aux sorcières".

Spécialement créée à cette occasion, une boîte e-mail, baptisée "taalklacht@gmail.com", reçoit depuis plusieurs jours les plaintes et dénonciations des riverains à l'encontre des commerçants qui auraient affiché sur leur devanture ou dans leur magasin des dépliants non néerlandophones. Indigné, le FDF a rappelé que l'emploi des langues reste parfaitement libre entre une entreprise et sa clientèle sur le plan des relations commerciales. Le bourgmestre d'Overijse, Dirk Brankaer (CD&V-N-VA), est déjà connu pour des faits similaires. (belga)

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.