Plein écran
© BELGA

Chauffeur De Lijn accusé de racisme: la compagnie dit avoir pris des "mesures appropriées”

"Des mesures appropriées ont été prises" après la plainte d'un passager à l'encontre d'un chauffeur qui aurait fait preuve de racisme fin juillet envers une adolescente coincée par la porte d'un bus, a affirmé mardi la société flamande de transport en commun, qui n'a pas voulu donner davantage d'informations par respect de la vie privée. L'enquête technique sur les portes a par ailleurs montré que le mécanisme de sécurité d'une d'entre elles ne fonctionnait pas correctement.

Selon le plaignant, l'incident a eu lieu fin juillet dans un bus au centre de Gand. "Les passagers sortaient par l'arrière et une fille allochtone, d'environ 15 ans, a eu le bras coincé par la porte qui s'est refermée très vite sur elle", a relaté le témoin sur les réseaux sociaux. "Les voyageurs sur le quai ont prévenu le chauffeur et lui ont demandé de rouvrir la porte.”

Mais, d'après le narrateur qui a envoyé une plainte à De Lijn, le chauffeur a continué à regarder en silence alternativement son tableau de bord et son rétroviseur. Comme les passagers le sommaient d'agir, il a fini par ouvrir la porte en affirmant: "elle doit retourner dans son pays".

"Nous avons recueilli des informations sur l'incident de manière approfondie et en toute objectivité et des mesures appropriées ont été prises là où c'était nécessaire", a indiqué mardi la porte-parole de De Lijn, Inge Debruyne. "Nous ne pouvons pas donner plus de détails par respect de la vie privée de nos chauffeurs et des voyageurs", a-t-elle ajouté.

On ignore donc si le chauffeur en question travaille toujours pour la société de transport. Il est par contre apparu clairement que la jeune fille est restée coincée à cause d'une défaillance. "L'enquête technique a montré que le mécanisme de sécurité d'une des portes ne fonctionnait pas correctement. Celui-ci a depuis lors été réparé", a spécifié De Lijn. 

  1. Indemnités de sortie faramineuses de Nethys: les informations transmises au juge d'instruction
    Mise à jour

    Indemnités de sortie faramineu­ses de Nethys: le juge d'instruc­ti­on averti

    Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a reçu, mercredi soir, les informations relatives aux indemnités octroyées aux anciens membres du comité de direction de Nethys, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer. Elles ont été transmises dans la foulée au juge d'instruction afin d'être versées au dossier de la procédure judiciaire en cours. Le ministre va proposer, demain au gouvernement wallon de se porter partie civile dans le dossier Enodia-Nethys, a-t-on appris mercredi soir. Selon le journal Le Soir, le total de ces indemnités atteindrait près de 19 millions d’euros, dont 12 millions rien que pour Stéphane Moreau.