ArcelorMittal (Gand)
Plein écran
ArcelorMittal (Gand) © REUTERS

Chômage économique chez ArcelorMittal Belgique

Le site gantois du géant sidérurgique ArcelorMittal est touché par le chômage économique depuis plusieurs semaines, en raison d'une conjoncture moins porteuse et de la concurrence d'acier meilleur marché provenant de Russie et de Turquie.

ArcelorMittal (Gand)
Plein écran
ArcelorMittal (Gand) © REUTERS

Le nombre de travailleurs concernés par le chômage temporaire sur le site de Gand, qui compte près de 5.000 travailleurs, n'est pas connu, la direction expliquant qu'il varie en fonction du carnet de commandes. Il s'agirait d'ouvriers actifs sur plusieurs lignes de la phase à froid. Certains sont mis au chômage économique à raison d'un jour toutes les trois semaines, d'autres deux jours par semaine. 

19.500 travailleurs temporaires concernés

ArcelorMittal se trouve en surcapacité en Europe et entend encore réduire sa production ; le groupe envisage dès lors de se passer de certains des 19.500 travailleurs sous contrat temporaire qu'il emploie. En Belgique, ces travailleurs représente 1.300 personnes. 

Usines européennes concernées

ArcelorMittal avait déjà précédemment annoncé réduire sa production sur le continent. Les usines polonaise de Cracovie, française de Dunkerque et allemande de Eisenhüttenstadt fabriquent d'ores et déjà moins d'acier. Le groupe a aussi annoncé une réduction de production programmée au quatrième trimestre dans son usine allemande de Brême, où l'arrêt d'un haut-fourneau pour maintenance va être prolongé. Et il va étendre l'arrêt prévu au quatrième trimestre pour réparation d'un haut fourneau du site espagnol des Asturies. 

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.