Plein écran
Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. © Photo News

Coalition wallonne: le PTB claque la porte et ne reverra plus le PS

Sauf énorme retournement de situation, le PTB ne fera pas partie du prochain gouvernement wallon. Après deux tours de négociations avec le PS, le parti communiste a décidé de claquer la porte. Raoul Hedebouw, le porte-parole national du PTB, accuse les socialistes de “tourner en rond” afin de justifier une alliance avec le MR, qui semble inéluctable, a-t-il déclaré ce matin à RTL Info. Selon Le Soir, le PTB ne se rendra d’ailleurs pas aux consultations du PS prévues ce jeudi.

Interrogé par nos confrères de la chaîne privée, Raoul Hedebouw s’est montré catégorique sur les chances du PTB de parvenir à un accord avec le PS en vue de former une majorité au sud du pays.

“On s’est rencontrés deux jours. On a négocié pendant des heures. Pour nous, il n’y a aucune volonté de rupture du côté du PS qui est en train de tourner en rond pour mieux justifier dans les jours à venir une coalition avec le MR. On n’est pas candidat pour ça. Si c’est pour refaire un remake, il ne faut pas compter sur le PTB”, a déclaré M. Hedebouw ce mercredi matin.

Une Wallonie violette ou arc-en-ciel

Malgré les tensions apparues entre les deux partis ce mardi, le Parti socialiste avait néanmoins décidé d’inviter le PTB pour de nouvelles consultations ce jeudi. “S’ils ne viennent pas, tant pis, ils prendront la responsabilité. Mais pour nous, il y a une chance unique en Wallonie de pouvoir former un vrai gouvernement de gauche (...) Avec le PTB et Ecolo, ensemble nous pouvons former une majorité de progrès, ce serait donc vraiment dommage que l’un ne joue pas le jeu. Et je pars du principe que demain nous pouvons nous retrouver et faire avancer les choses”, expliquait Paul Magnette ce mercredi, toujours à RTL Info.

Mais il n’y aura finalement pas de troisième round. Le PTB a claqué la porte et ne compte pas la rouvrir. La Wallonie se dirige donc tout droit vers une coalition violette (PS-MR), arc-en-ciel (PS-MR-Ecolo), ou une improbable bipartite minoritaire PS-Ecolo.