Plein écran
Des migrants en transit à la gare du Nord, à Bruxelles. © photo_news

Comment contrer la fraude fiscale permet de contrôler les flux migratoires

Contrer la fraude fiscale dans les entreprises ou diminuer davantage les charges fiscales permet de contrôler les flux d'immigration clandestine, d'après une étude d'économistes de l'UCLouvain, publiée dans Regards économiques et relayée jeudi par La Libre.

S'attaquer à la fraude fiscale et diminuer davantage les charges fiscales réduit l'intérêt économique à recourir à de l'immigration illégale, explique Luca Pensieroso, professeur d'économie à l'UCLouvain, dans La Libre.

Les auteurs de l'étude ont cherché à savoir s'il existait des alternatives à celles du contrôle des migrants aux frontières, ou tout simplement à la fermeture de celle-ci dans le but de réduire l'immigration illégale.

En mettant l'accent sur la demande des entreprises, les économistes de l'UCLouvain ont montré que plus un secteur informel est important, plus l'immigration clandestine est avantageuse pour les potentiels migrants. L'inverse est vrai également: plus il y a d'immigrés irréguliers, plus les entreprises seront incitées à produire en noir.

L'ampleur de l'économie souterraine belge est évaluée entre 3,7% du produit intérieur brut (Banque nationale) et 15 voire 20% du PIB (université de Linz, Banque mondiale).