Plein écran
Des migrants en transit à la gare du Nord, à Bruxelles. © photo_news

Comment contrer la fraude fiscale permet de contrôler les flux migratoires

Contrer la fraude fiscale dans les entreprises ou diminuer davantage les charges fiscales permet de contrôler les flux d'immigration clandestine, d'après une étude d'économistes de l'UCLouvain, publiée dans Regards économiques et relayée jeudi par La Libre.

S'attaquer à la fraude fiscale et diminuer davantage les charges fiscales réduit l'intérêt économique à recourir à de l'immigration illégale, explique Luca Pensieroso, professeur d'économie à l'UCLouvain, dans La Libre.

Les auteurs de l'étude ont cherché à savoir s'il existait des alternatives à celles du contrôle des migrants aux frontières, ou tout simplement à la fermeture de celle-ci dans le but de réduire l'immigration illégale.

En mettant l'accent sur la demande des entreprises, les économistes de l'UCLouvain ont montré que plus un secteur informel est important, plus l'immigration clandestine est avantageuse pour les potentiels migrants. L'inverse est vrai également: plus il y a d'immigrés irréguliers, plus les entreprises seront incitées à produire en noir.

L'ampleur de l'économie souterraine belge est évaluée entre 3,7% du produit intérieur brut (Banque nationale) et 15 voire 20% du PIB (université de Linz, Banque mondiale).

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.