Sofie Muylle a été tuée en janvier 2017 sur la plage à Knokke.
Plein écran
Sofie Muylle a été tuée en janvier 2017 sur la plage à Knokke. © Foto Gianni Barbieux

Comment le meurtre de Sofie Muylle aurait pu être résolu six mois plus tôt

Il savait, mais il n’a rien dit. Un colocataire d’Alexandru Caliniuc, le meurtrier présumé de Sofie Muylle, a vu les vidéos de la victime mourante qui se trouvaient sur le téléphone du jeune Roumain. L’homme en a parlé à ses amis, mais n’a rien dit à la police. L’enquête sur le meurtre de la Roularienne aurait donc pu être résolue bien plus tôt, épargnant ainsi des mois d’incertitude atroce pour sa famille.

  1. Sofie Muylle a vécu un calvaire avant de mourir de froid
    Video

    Sofie Muylle a vécu un calvaire avant de mourir de froid

    Une reconstitution du meurtre de Sofie Muylle a lieu ce mercredi sur la plage à Knokke, là où le corps sans vie de la jeune femme de 27 ans avait été retrouvé en janvier 2017. Selon un rapport d'expertise, Sofie est morte "plus que probablement" par "hypothermie". Alexandru Caliniuc (24 ans), auteur présumé des faits, reconnaît le viol mais nie le meurtre de la Roularienne. Selon des nouvelles révélations, le ressortissant roumain, confondu par sa doudoune bleue, aurait filmé et fait des selfies "pour prouver son innocence" alors qu'il était en train de traîner le corps dans le sable.
  2. Assises pour l’assassin de Sofie Muylle, terreur de la prison et des vestiaires de piscine: “Je l’ai violée pour me sentir bien”

    Assises pour l’assassin de Sofie Muylle, terreur de la prison et des vestiaires de piscine: “Je l’ai violée pour me sentir bien”

    Les avocats d’Alexandru Caliniuc, le suspect de 26 ans de la mort de Sofie Muylle, n’ont pas pu éviter au Roumain son renvoi devant les assises. La chambre du conseil de Bruges a décidé à l’instant qu’il devrait répondre de l’assassinat de la Flamande de 27 ans, mais aussi de viol, tortures et agression ayant entraîné sa mort. Le jeune homme prétend toujours avoir retrouvé la victime à moitié inconsciente sur la plage de Knokke et nie l’avoir tuée: “Je me suis allongé auprès d’elle. Je voulais me sentir bien”, a-t-il concédé sur ses liens avec l’affaire. Selon les experts psychiatres, il constitue toujours un danger pour la société. En prison, il aurait déjà commis des attouchements sur plusieurs codétenus, affirme Het Laatste Nieuws dans un article exclusif.