Plein écran
Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers. © belga

Conférence de Francken à Verviers: plainte de l'organisatrice contre Muriel Targnion

Une plainte a été déposée ce mardi, entre les mains d'un juge d'instruction verviétois, par les avocats de Valéria Appeltans, l'organisatrice de la conférence de Theo Francken qui devait se tenir à Verviers mais a été annulée mardi dernier, ont-ils fait savoir.

"La plainte que nous avons déposée chez un juge d'instruction verviétois vise des faits de coalition de fonctionnaires, d'association de malfaiteurs, de corruption, d'injures publiques et de prise d'intérêts", explique Me Marc Leon Levaux.

La plaignante, qui organisait la conférence de Theo Francken, est assistée par deux avocats. Ces derniers estiment que la bourgmestre de Verviers "a manqué à l'obligation d'assurer la sécurité de M. Theo Franken, ex-secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, et des personnes venues assister à la présentation de son livre. Et de surcroît, elle les a injuriés publiquement et s'est jointe aux fauteurs de troubles violant l'ordre public. Mme Muriel Targnion et consorts se sont ainsi rendus coupables de coalition de fonctionnaires, notamment".

Dans une interview, la bourgmestre de Verviers a également qualifié certains participants à la conférence de Theo Francken de "connards d'extrémistes", ce qui constitue des injures publiques, explique Me Levaux, qui ajoute que cette plainte vise la bourgmestre socialiste mais aussi tout autre co-auteur et complice qui pourra être identifié au cours de l'enquête.

Le procureur de division Gilles de Villers Grand Champs n'a pas encore été informé de cette plainte.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.