"Connards d'extrémistes" dixit la bourgmestre de Verviers, Theo Francken porte plainte

Video"J'espère que les manifestants de gauche n'utiliseront pas les armes de ces connards d'extrémistes. Sinon on n'est pas mieux qu'eux", a commenté la bourgmestre de Verviers Muriel Targnion au micro de RTL mardi alors qu'elle participait au rassemblement qui a provoqué l'annulation par Theo Francken de la lecture de son livre "Continent sans frontière". L'ex-secrétaire d'État a annoncé ce matin qu'il porterait plainte, ce qui a été fait auprès de la police de Lubbeek.

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Citation

"En tant que femme politique de gauche, je ne peux accepter ses propos. On ne peut pas nier que M. Francken a suscité de nombreuses polémiques à travers ses tweets que l'on peut assimiler à du racisme et de la xénophobie."

Muriel Targnion, bourgmestre PS de Verviers
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

"La situation a totalement dégénéré. Notre voiture a été attaqué par des casseurs d'extrême gauche. La police ne peut pas garantir ma sécurité. Et la bourgmestre PS qui manifeste bien à l'aise avec eux. Lecture annulée", a ainsi tweeté hier soir Theo Francken, furieux de ne pouvoir promouvoir son livre "Continent sans frontière" à Verviers. Plus tard dans la soirée, des clichés des dégâts sur son véhicule ont été publiés.

Heurts et dégâts
Devant l'hôtel privé où était prévue son intervention publique devant quelques sympathisants, environ 200 manifestants s'étaient réunis pour dénoncer sa politique d'immigration et sa présence dans la commune. Mais ils se sont rapidement heurtés à la frustration de ceux qui étaient venus écouter la conférence du nationaliste et qui craignaient que l'événément ne soit une nouvelle fois reporté. Des tensions ont éclaté, du mobilier a été lancé, notamment en direction du véhicule de l'homme politique. Malgré la présence des forces de l'ordre, l'ex-secrétaire d'État n'a pas osé sortir de sa voiture et a préféré faire demi-tour.

Les dirigeants de l'hôtel Verviers, où devait se tenir mardi la conférence de Theo Francken, ont réagi: "On chiffre les dégâts et le manque à gagner à environ 15.000 euros", indique Michel Pauquet, directeur commercial de l'hôtel. 

"C'est de la provocation", affirme la bourgmestre
Theo Francken n'a pas manqué de remarquer la présence de la bourgmestre Muriel Targnion parmi les manifestants qui voulaient l'empêcher d'entrer. La socialiste assume totalement: "Je souhaitais être là car je réprouve à 100% les polémiques, le populisme et l'extrémisme de Theo Francken. C'est normal que ce soit tendu entre gens de gauche et gens d'extrême droite. Et heureusement que c'est tendu. Mais ce que je souhaite, c'est que les gens de gauche utilisent les armes démocratiques et manifestent pacifiquement et n'utilisent pas les armes de ces connards d'extrémistes. Sinon on n'est pas mieux qu'eux". Pourtant, au même moment, la situation prenait un ton effectivement violent. Mais la bourgmestre a persisté auprès de la RTBF: "C'est un homme politique flamand que les Wallons trouvent extrémiste, et à raison. Il vient ici au coeur de Verviers, dans un quartier sympathique. C'est de la provocation".

Plainte
Theo Francken n'en restera pas là, a-t-il déclaré ce matin sur les ondes d'une radio flamande. "Je porterai plainte à la police contre la manifestation d'hier à Verviers", a-t-il annoncé à Radio 1. "Pour être clair, j'ai été invité à un événement privé par environ 250 personnes qui voulaient m'écouter", a-t-il rappelé par téléphone sur RTL ce matin. "Je venais présenter un livre qui n'est pas du tout raciste ou discriminatoire mais qui présente un autre modèle migratoire", s'est-il encore défendu.

"Elle est responsable de la sécurité dans sa commune"
"Je suis habitué aux protestations, c'est la liberté d'expression et c'est normal. Mais déontologiquement j'ai beaucoup de soucis avec la participation de la bourgmestre. Je n'ai jamais vu ça. Elle est quand même responsable de la sécurité dans sa commune et de la police aussi", a-t-il ajouté sur la présence et les propos de Muriel Targnion lors de la manifestation. "Quelle vision étriquée. Est-ce ça la démocratie?", répète l'ex-secrétaire d'État depuis hier, rejoint dans ses propos par certains internautes ce matin. Parmi eux, Alain Destexhe qui a dénoncé "la racaille de la FGTB and co" et dit espérer "que le monde politique francophone dénonce cette atteinte à la démocratie".