Le docteur Philippe Devos.
Plein écran
Le docteur Philippe Devos. © Facebook

Contaminé, le chef des soins intensifs du CHC de Liège, Philippe Devos, témoigne

Mise à jourLe Dr Philippe Devos, chef des soins intensifs au CHC de Liège et président de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym), a annoncé dimanche qu'il avait été contaminé par le Covid-19, rapporte La Meuse sur son site internet.

"Les statistiques annoncent qu'une partie des acteurs de soins, proches de la maladie, seront atteints par le coronavirus. Depuis vendredi, je fais partie des patients malades. Ce n'était pas par manque de matériel que je l'ai attrapé mais la faute à 'pas de chance'", explique Philippe Devos, interrogé par le quotidien.

"N'étant pas actuellement sévèrement malade, je suis dès lors confiné à la maison comme de nombreux autres Belges. Je suis bien sûr triste de ne pas pouvoir aider mes collègues sur le terrain mais je dois éviter de les contaminer et je dois prendre soin de moi pour revenir au plus vite, dès que le médecin hygiéniste de l'hôpital me donnera son feu vert pour revenir travailler", poursuit-il. 

"En attendant, je me repose beaucoup car la maladie est très fatigante. Merci à mes voisins et amis qui se sont proposés pour leur soutien et leur aide puisque toute la famille est désormais confinée. Mon épouse est également malade. Les enfants n'ont aucun symptôme mais cela ne garantit pas qu'ils ne soient pas contagieux. Raison pour laquelle nous restons tous enfermés. Si vous êtes aussi malades, restez confinés", conclut-il. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.