Aéroport de Charleroi
Plein écran
Aéroport de Charleroi © BELGA

Coronavirus: la baisse du trafic à l’aéroport de Charleroi est conséquente

InterviewLa crise engendrée par le coronavirus a des conséquences importantes pour toute la société civile. Les aéroports sont forcément touchés de plein fouet vu que les compagnies aériennes suppriment des vols et que les voyages sont fortement déconseillés par les autorités. Celui de Charleroi le ressent aussi.

Le trafic aérien de l’aéroport de Charleroi connaît actuellement une baisse de 40%. C’est ce que nous a confié le porte-parole de Brussels South Charleroi Airport (BSCA), Vincent Grassa.

Les destinations impactées sont, par exemple, la Pologne, le Maroc, l’Italie “et un peu la France et l’Espagne”. Ryanair n’est d’ailleurs pas la seule compagnie aérienne à avoir supprimé plusieurs vols de son programme: “Pegasus ne se rend plus en Turquie et Wizz Air ne rallie plus notre aéroport à la Pologne.”

Ces sociétés de l’aviation ont été contraintes de prendre ces décisions: “La plupart du temps, ces annulations font suite aux mesures prises par les différents gouvernements nationaux.” En effet, la Turquie a fermé l’accès à son territoire pour neuf pays européens dont la Belgique. La Pologne en a fait de même pour tous les étrangers.

Finances

Inévitablement, cela aura des répercussions pécuniaires pour l’aéroport de Charleroi: “L’analyse du préjudice financier est en cours. Nous effectuons des calculs quotidiens, mais la situation évolue de jour en jour. Il faut donc attendre un peu pour avoir des chiffres cohérents. Mais perte, il y aura. Ça, c’est sûr!”

Les dernières mesures imposées par le gouvernement fédéral aurait encore pu alourdir la facture, mais il n’en est rien: “Aujourd’hui, ces mesures ne concernent pas les aéroports.”

Mais la situation est évaluée au jour le jour par le Conseil National de Sécurité (CNS).

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.