Plein écran
© Photo News

Coronavirus: le gouvernement wallon se penche sur les aéroports de Charleroi et Liège

Le coronavirus commence à se répandre en Belgique. Aujourd’hui, le nombre de cas détectés s’élève à 50 dans notre pays. Forcément, les transports en commun sont aux premiers rangs de la menacé. En particulier, les aéroports qui transportent des voyageurs venant des quatre coins d’Europe et parfois même du monde.

Les aéroports de Liège et de Charleroi sont toujours en phase 2 d'alerte face à l'épidémie de coronavirus a affirmé jeudi le ministre wallon en charge du secteur, Jean-Luc Crucke (MR).

La phase 2 du plan destiné à éviter une épidémie sanitaire est une phase d’information et de sensibilisation. “Elle est destinée à toutes les personnes qui travaillent à l’aéroport de Charleroi. Elle vise à expliquer, comprendre, détecter et évaluer les symptômes du coronavirus. Elle a également pour objectif de décrire les bonnes pratiques à suivre au cas où il y aurait une personne contaminée” nous avait expliqué le porte-parole de Brussels South Charleroi Airport (BSCA), Vincent Grassa.

Phase 3

Dimanche passé, l'aéroport carolo était passé en phase 3 après qu'un Luxembourgeois, porteur du virus, y eut transité, selon un communiqué des autorités luxembourgeoises. Après l'avoir tracé, il est finalement apparu que ce voyageur était asymptomatique. Les risques de contamination étant dès lors "quasi-nuls" d'après les experts. Le niveau d'alerte a dès lors été revu à la baisse a expliqué le ministre Crucke à l'issue de la réunion hebdomadaire du gouvernement régional.

Mesures de base  

Au cours de celle-ci, il a évidemment été question de l'épidémie qui touche le pays, avec 50 cas confirmés à ce jour. "Nous devons rester calmes, sereins et ne pas sombrer dans la panique", a martelé le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS). "Il s'agit aujourd'hui de respecter des mesures de bon sens", notamment en termes d'hygiène, a-t-il ajouté.

Ces mesures seront notamment affichées dans les bus, a de son côté précisé le ministre wallon du Transport, Philippe Henry (Écolo). "A ce stade, nous sommes dans les mesures de base", a-t-il assuré. Une réunion des différents ministres belges compétents en matière de transports publics est prévue ce vendredi.

Task force

Quant aux entreprises et aux indépendants impactés pour lesquels une task force wallonne a été mise en place, ils peuvent toujours s’adresser au numéro 1890, activé depuis mercredi pour répondre à leurs interrogations, a rappelé Willy Borsus (MR), le ministre régional de l'Économie. Lors de son premier jour de fonctionnement, ce numéro a été contacté à 43 reprises "et dans 90% des cas, les questions portaient sur des problèmes financiers liés au coronavirus", a précisé le ministre.

Masques

Enfin, les difficultés d'approvisionnement en masques faciaux ont également été abordées alors que la demande explose. "Le Fédéral termine actuellement le cahier des charges pour que la Belgique acquière des millions de masques", a souligné à ce propos Elio Di Rupo. "En coordination étroite avec le Fédéral, nous assumons nos responsabilités", a-t-il conclu. 

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.