Plein écran
© belga

Coupable du meurtre de sa compagne, Lorenzo Battistini ne sera pas interné

La jury de la cour d'assises a prononcé, mercredi, la culpabilité de Lorenzo Battitsini pour le meurtre de Geneviève Demeuldre, commis à Mons la nuit du 24 au 25 février 2017. Lorenzo Battistini ne sera pas interné, comme l'avait plaidé sa défense, car il n'est atteint d'aucun trouble mental actuellement. Cette nuit-là, il avait porté au moins dix-huit coups de couteau à sa compagne.

Dans sa motivation, le jury retient les aveux de l'accusé mentalement responsable de ses actes. Ces aveux sont corroborés par l'enquête, qui a permis de découvrir trois couteaux et des vêtements ensanglantés, mais aussi par les expertises réalisées au cours de l'enquête. 

Les jurés retiennent aussi les discours concordants des deux hommes qui ont découvert le corps dans l'appartement de la rue Saudart. De plus, Lorenzo a raconté les fais à ses amis, la dispute, les coups de couteau et il a évoqué le moyen de faire disparaitre un corps. 

Enfin, l'intention d'homicide est confirmée compte tenu de la localisation des coups et des armes utilisées. 

Dans la foulée, l'avocat général a requis une peine de 30 ans de réclusion criminelle, en demandant de ne pas descendre sous 25 ans, ainsi qu'une mise à disposition du tribunal d'application des peines pour une durée de dix ans minimum (le maximum étant de 15 ans), "ce qui permettra à la société d'avoir un véritable contrôle social sur le condamné", a commenté l'avocat général qui n'a retenu aucune circonstance atténuante en faveur de Lorenzo Battistini. 

Du côté de la défense, Me Laura Danneau a tenté de rendre un peu d'humanité au condamné âgé de 21 ans. "Après le décès de son papa, il a décroché et il refusait d'être soigné de son épilepsie car son père est mort à l'hôpital. Il a été livré à lui-même, personne de sa famille n'est venu parler de lui. Sa solitude est une réalité". La défense a contesté cette mise à disposition du TAP et a plaidé une peine inférieure à 30 ans. 

Pour la seconde fois de la journée, le jury et la cour sont entrés en délibération sur la peine à infliger à celui qui soutient toujours être "le véritable auteur" d'Harry Potter, l'instigateur de "Mons 2015" capitale européenne de la culture, le créateur de logos de grandes marques et la victime d'un transfert avorté au club de football du Milan AC. Pour la première fois, il a exprimé des regrets sur les faits qu'il a commis et dont il a été reconnu coupable. 

La nuit du 24 au 25 février 2017, Lorenzo Battistini a frappé la victime d'au moins dix-huit coups de couteau dans son appartement. Il est ensuite sorti et il a utilisé la carte bancaire de la victime pour acheter des cigarettes. Il est rentré dans l'appartement et s'est endormi. Le lendemain, il a montré le cadavre à deux hommes, lesquels sont allés le dénoncer à la police. Il a été arrêté dans l'après-midi du 25 février.

  1. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.