Plein écran
Lut Deforche-Degroote, 53 ans, figurait en deuxième position sur la liste du Vlaams Belang en Flandre-Occidentale. © Florian Van Eenoo photonews

De “fausses candidates” sur les listes du Vlaams Belang

Il est rare de voir un élu, numéro deux d’une liste qui plus est, renoncer à son siège parlementaire. Pourtant, au Vlaams Belang, deux élues ont cédé leur siège à un homme. La première évoque un “accord” conclu avant les élections, tandis que la deuxième affirme que le parti a “besoin d’elle ailleurs”. 

Dimanche, Lut Deforche-Degroote, 53 ans, qui figurait en deuxième position sur la liste du Vlaams Belang en Flandre-Occidentale, a été élue. Mais cette tenancière d’un petit café à Roselaere a décidé de renoncer à son siège au Parlement flamand et de le céder à Immanuel De Reuse, candidat suppléant. Si elle était élue, elle avait en effet promis au parti de se faire remplacer par ce dernier. “Tout le monde sait qu’Emmanuel avait beaucoup d’ambition. Mais une troisième place était incertaine. Et une femme devait se mettre en seconde place, alors ils m’ont mis là et l’ont mis en premier suppléant”, a-t-elle expliqué à nos confrères de Het Laatste Nieuws. “Évidemment, je ne m’attendais pas à être vraiment élue. Mais je m’en tiens à cet accord, dans l’intérêt du parti”.

Fausse candidate

Lut Deforche-Degroote était en réalité une “fausse candidate”. Durant la campagne, elle avait toutefois prévenu qu’elle n’était pas sûre d’accepter son mandat, et qu’elle espérait surtout obtenir un siège parlementaire pour De Reuse. “Vous avez toujours de l’ambition, n’est-ce pas? Mais être toujours à Bruxelles, alors que j’ai le café et les enfants... Ce n’est pas facile non plus", a-t-elle expliqué. “Je ne veux décevoir personne. Emmanuel est très compétent et fera ça très bien”. 

Ce n’est pas la première fois que Lut cède sa place. En octobre, elle et son mari ont été élus au conseil municipal de Roulers. Selon la loi, un couple n’a pas le droit de siéger ensemble, alors elle a démissionné. “J’ai donc rejoint le comité social”.

Une trésorière “indispensable"

Patsy Vatlet, la trésorière du Vlaams Belang, numéro deux sur la liste européenne, a également été élue ce dimanche, mais elle sera remplacée par son collègue Tom Vandendriessche, qui travaille déjà aujourd’hui pour le groupe européen. “Cela n’a pas été convenu à l’avance “, a-t-elle assuré. “J’ai été en charge du service financier pendant de nombreuses années et j’avais l’intention de combiner les deux. Mais quand je me suis inscrite sur la liste en janvier, on ne pensait pas avoir deux sièges. C’était donc quelque peu inattendu”.

Finalement, elle continuera à travailler à temps plein pour le parti. “Cette grande victoire a entraîné une réorganisation majeure du secrétariat de notre parti, et je ne veux pas laisser cela à quelqu’un d’autre. Je le fais depuis si longtemps, je sais comment ça marche. C’est entièrement mon choix”. 

Une parité difficile à respecter

Contacté par Het Laatste Nieuws, Klaas Slootmans, porte-parole du parti et député flamand fraîchement élu, a assuré que le Vlaams Belang ne faisait “en aucun cas pression sur les élus pour qu'ils renoncent à leur siège”. Il a toutefois avoué que dans certaines régions, le parti avait  rencontré des difficultés à trouver suffisamment de femmes pour ses listes.

D’après les quotas, une liste électorale doit en effet être composée à moitié de femmes, et les deux premiers candidats titulaires ne peuvent être du même sexe. 

Reste à savoir si d’autres élus renonceront à leur siège dans les jours à venir. “Je ne peux encore rien dire à ce sujet “, a répondu Klaas Slootmans. “Il y a encore des discussions à ce sujet, parce qu’il y a des gens qui ont été élus de manière inattendue et qui se demandent maintenant s'ils veulent vraiment siéger".