Plein écran
Le ministre des Indépendants sortant Denis Ducarme (MR). © Photo News

De nouvelles mesures favorables aux indépendants: “Du jamais vu”

Mise à jourUne série de prestations pour indépendants a été revalorisée à partir du 1er juillet. Denis Ducarme, le ministre des Indépendants, a signé un arrêté royal qui concrétise l’accord interprofessionnel du printemps dernier afin d’augmenter les revenus de certains indépendants pensionnés. Ainsi, les pensions minimum et proportionnelles, mais aussi des indemnités de maladie et différentes allocations ont été tirées vers le haut. L’UCM se réjouit: “Le gouvernement, bien qu’en affaires courantes, respecte l’accord survenu entre partenaires sociaux”.

Bien qu’étant en affaires courantes depuis plus de six mois, le gouvernement fédéral n’a pas chômé, à en croire Denis Ducarme, le ministre des Indépendants (MR) sortant. “Au cours de la législature précédente, nous avons contribué à combler une partie du retard social des pensionnés indépendants par rapport aux autres catégories de travailleurs. Nous avons notamment augmenté leur pension minimum de 205 euros net par mois et aligné celle-ci sur celle des salariés”, explique le libéral dans un communiqué.

Concrètement, voici les différentes différentes prestations pour indépendants qui viennent d’être ou seront revalorisées dans les prochains jours:

Les pensions minimum

Depuis le 1er juillet, la pension minimum des travailleurs indépendants pour une carrière complète a été augmentée d’1%. Pour une carrière incomplète, elle a bondi de 2,4%.

Dès lors, les nouveaux montants pour une carrière de 45 années s’élèvent à 1.266,37 euros au taux d’isolé, à 1.582,46 euros au taux de ménage. La pension de survie a quant à elle été majorée à 1.249,44 euros.

Les pensions proportionnelles

Les pensions ayant pris cours en 2014 et en 2015 ont toutes deux été augmentées à hauteur de 2%. Pour les pensionnés qui ont cessé leur activité avant 2010, l’augmentation de 0,785% aura lieu au 1er août.

Les pensions proportionnelles futures

Le montant de la pension proportionnelle pour les années de carrière antérieure à 1984 a été revalorisé à hauteur de 2,4112%. Une augmentation qui s’applique aux pensions qui prennent cours à partir du 1er juillet 2019.

En outre, le calcul des droits de pension pour les indépendants se fera désormais à partir d’un coefficient unique de 0,69 à la place des deux coefficients actuels (0,66325 et 0,541491). Cette revalorisation porte sur les années de carrière à partir de 2019, et s’applique pour les pensions qui prennent cours à partir du 1er janvier 2020.

Deux mesures qui, selon Denis Ducarme, vont permettre de réduire l’écart de revenus entre les retraités indépendants et salariés pour le calcul de leur pension. L’objectif étant, indique le ministre, de “mieux récompenser les indépendants qui ont travaillé.”

Les indemnités de maladie

Outre les allocations de retraite, les indépendants verront également leur indemnité d’incapacité de travail augmenter. : 60,86 euros par jour au taux avec charge de famille, 48,71 euros au taux isolé et entre 37,35 euros et 41,76 euros en tant que cohabitant.

Autres allocations

Toute une série d’allocations voient leur montant augmenter comme les allocations de maternité, d’adoption et de congé parental d’accueil (+1% soit 489,75 euros par semaine), les prestations financières du droit passerelle (+1% soit 1.266,37 ou 1.582,46 euros sans ou avec charge de famille), les allocations du statut d’aidant proche (+1%, soit 1.266,37 euros par mois) et enfin les allocations congé de paternité (+ 1 % soit 81,62 euros par jour).

“Derrière ces chiffres, il y a bien entendu des gens et des situations qui restent souvent très difficiles. Les réformes prises dans le cadre de l’enveloppe bien-être leur permettront de mieux valoriser à l’avenir leurs années de carrière. Elles compléteront ainsi les différentes réformes menées ces 5 dernières années afin de tirer leur pouvoir d’achat vers le haut”, insiste Denis Ducarme selon qui ces différentes mesures en faveur des travailleurs indépendants sont du “jamais vu.”

L’UCM ravie: “Le gouvernement respecte l’accord entre partenaires sociaux”

Pour l’Union des classes moyennes (UCM), contactée par 7sur7, c’est très positif. “C’est la réponse à une demande très précise de l’UCM d’adapter à la hausse mi-2019 l’ensemble des prestations sociales de la Sécu des indépendants. Ces mesures positives constituent une réelle revalorisation des prestations, au-delà de la simple indexation.” L’UCM salue plusieurs aspects de la note: “Le fait que le gouvernement fédéral, bien qu’en affaires courantes, se soit engagé à respecter l’accord intervenu entre les partenaires sociaux sur ces fameuses enveloppes. Le fait que ces revalorisations sont similaires entre les régimes salariés et indépendant ; les bénéficiaires du régime de la Sécu des indépendants ne sont donc pas oubliés. C’est heureusement une constante depuis quelques années. C’est ainsi que les montants de la pension minimum restent égaux entre retraités indépendants et salariés, à hauteur de 1.266,37 euros au taux isolé, et 1.582,46 euros pour un ménage”, détaille Isabelle Morante, chargée de communication.

Prochain objectif: la fin du coefficient de correction

Autre point positif: “Le fait que le gouvernement mette effectivement en œuvre, comme demandé par UCM et son pendant néerlandophone Unizo, un premier pas vers la suppression du coefficient de correction qui affecte les pensions des indépendants. Le coefficient de 0,66 passera à 0,69 pour les années de carrière à partir de l’année 2019. Notre demande à terme est d’en finir avec ce coefficient de correction qui rabote systématiquement aujourd’hui de 33% toutes les pensions des indépendants et oblige la majorité des indépendants pensionnés à se rabattre sur la pension minimum”, nuance Isabelle Morante.

  1. Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimistes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimis­tes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    "Cela ne s'annonce pas bien", a confié lundi après-midi Katrien Degryse, représentante du Setca, à l'issue d'une réunion générale entre direction et syndicats de Thomas Cook Belgique. "La direction a dit qu'il y avait 1% de chance qu'une solution se dégage des négociations. Cela ressemblait à un discours d'adieu." La situation est dès lors très mal embarquée, déplorent les syndicats.
  2. Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable "tant en termes d'image que de service à la population. Nous n'allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).