PS-voorzitter Paul Magnette en N-VA-voorzitter Bart De Wever.
Plein écran
PS-voorzitter Paul Magnette en N-VA-voorzitter Bart De Wever. © PhotoNews

De Wever: “Magnette a admis que ce pays est devenu ingouvernable”

Selon Bart De Wever, Paul Magnette aurait, comme les nationalistes flamands, compris que la Belgique était devenue un pays ingouvernable et qu’il était inutile de continuer sur cette voie. C'est en tout cas ce qu’a affirmé le président de la N-VA ce lundi soir sur la VRT.

Les nationalistes flamands, Bart De Wever en tête, clament depuis plusieurs mois que la Belgique a vécu, du moins sous sa forme actuelle. On le sait, la N-VA plaide pour le confédéralisme, un système imaginaire où les Régions flamandes et wallonnes jouiraient d’une autonomie quasi totale, hormis certaines matières comme la Défense ou les Affaires étrangères qui demeureraient dans le giron fédéral. Les Bruxellois devraient quant à eux choisir entre le régime flamand ou wallon.

Hormis le Vlaams Belang qui rêve lui aussi d’une Flandre indépendante, les autres partis flamands ne sont pas partisans d’une Belgique scindée à ce point en deux. Ce rejet est encore plus net côté francophone.

Une “entente” entre la N-VA, le CD&V et le PS

Toutefois, selon Bart De Wever, le président du PS Paul Magnette aurait admis que la Belgique, enlisée dans une crise politique profonde, n'est plus gouvernable en l'état et qu’une “transformation fondamentale” s’impose, a-t-il expliqué ce lundi soir sur la VRT. 

Le bourgmestre d’Anvers va même plus loin et affirme qu’il existait une “entente” entre la N-VA, le CD&V et le PS selon laquelle le pays était devenu “ingouvernable” et qu’il était “insensé” de vouloir poursuivre ensemble. 

“La capacité de la Belgique à être administrée s’érode à vue d’œil alors même que des choix importants s’imposent, notamment en termes de budget et du coût du vieillissement”, a déclaré De Wever. D’après le président des nationalistes flamands, il y avait des textes concrets et un tableau pour le budget sur la table. “Est-ce que tout était résolu? Non. Est-ce que cela pouvait constituer une base pour aller plus loin? Oui.”

De Wever: “Magnette n’ose pas dire la vérité à ses partisans”

Pourtant, Paul Magnette “a renié la conviction fondamentale qui était la sienne” et n’a pas osé dire la vérité à sa base. “J’aurais eu le courage de franchir le Rubicon, mais à ce moment-là, Magnette s’en est allé et a mis fin à la mission de Koen Geens de façon méprisable”, a déploré Bart De Wever.

Le bourgmestre anversois ne se fait par ailleurs pas d’illusion sur la motivation qui animerait un éventuel gouvernement. Même les partisans d’une coalition Vivaldi (incluant les familles socialiste, libérale, écologiste et le CD&V) se rendent compte qu’ils ne pourront pas aller au-delà d’un travail en surface, juge-t-il.