Plein écran
© BELGA

De Wever sur la chute de la suédoise: “L'histoire socio-économique était arrivée à sa fin, plus rien ne pouvait en ressortir”

Bart De Wever veut-il réellement devenir ministre-président de la Flandre? "Mon sort est entre les mains des électeurs. Je place la barre à 30%", a répondu le président de la N-VA lundi soir lors d'une émission électorale sur la VRT.

"Sous les 30%, il est concevable que d'autres (partis) rouges-verts souhaitent se manifester. Il y a un autre candidat (la CD&V Hilde Crevits, NDLR) qui ne sera ministre-président que si nous ne sommes pas au gouvernement (flamand, NDLR)".

Pour De Wever, l'enjeu des élections de dimanche est avant tout de bloquer la gauche et non pas l'extrême droite. "L'enjeu est le suivant: la gauche arrivera-t-elle à la moitié plus un. Le Vlaams Belang ne changera rien à cela."

Plein écran
© EPA

Le bourgmestre d'Anvers n'est pas surpris de la montée de l'extrême droite en Flandre. "Beaucoup trop de choses se sont passées en trop peu de temps. Les gens ne comprennent pas, ils se fâchent. Sur les marchés, on me pose des questions auxquelles je ne peux pas répondre. Les gens me demandent pourquoi il y a des listes d'attente pour les personnes handicapées, alors que Maggie de Block (ministre de l'Asile et de la Migration, NDLR) ouvre un centre d'asile pour handicapés.”

“Cela n'avait plus de sens” 

L'avancée de l'extrême droite est à l'œuvre partout en Europe, "il serait étrange qu'elle ne parvienne pas à 'en faire une soupe' aussi en Flandre", dit encore Bart de Wever.

Le président du parti nationaliste flamand est également revenu sur l'épisode du pacte de l'ONU sur les migrations qui a provoqué la chute du gouvernement Michel en décembre 2018. Selon Bart De Wever, ce n'était pas la seule raison: "L'histoire socio-économique était arrivée à sa fin. Plus rien ne pouvait en ressortir (...) Cela n'avait plus de sens." 

  1. La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    Thomas Cook Belgique regrette que sa maison mère, Thomas Cook Group Plc, n'a pas trouvé de solution aux problèmes financiers et a dû déposer son bilan dans la nuit de dimanche à lundi, après l'échec des pourparlers avec ses créanciers. Thomas Cook Belgique, avec les marques Thomas Cook et Neckermann, emploie 600 personnes et 700.000 clients partent en vacances via ce tour-opérateur.
  2. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.