Plein écran
Yves Ghequière (à droite) © Tom Vierendeels

DéFI accuse le MR d'avoir collaboré à la non-nomination du bourgmestre Yves Ghequière

DéFI a accusé mardi le MR d'avoir collaboré à la non-nomination du bourgmestre de Linkebeek Yves Ghequière en envoyant à la ministre des Affaires Intérieures flamandes Liesbeth Homans (N-VA) la copie d'un courrier datant du 21 septembre dernier, signé par Yves Ghequière à l'époque échevin de la population.

Selon DeFI, ce courrier qui informait les habitants de "l'illégalité des convocations électorales envoyées en néerlandais par le gouverneur du Brabant flamand" et de l'envoi subséquent par la commune des convocations électorales tenant compte du choix linguistique des Linkebeekois, n'a en fait jamais été envoyé.

Le bourgmestre désigné Yves Ghequière (Link@venir) a révélé ces éléments, lundi, lors de la réunion du conseil communal.

D'après la formation amarante, trois membres de la section locale du MR sont à l'origine d'une lettre de dénonciation envoyée à la ministre Homans le 9 janvier, deux jours après la désignation d'Yves Ghequière comme candidat-bourgmestre. Ceux-ci lui demandaient où et comment ils pouvaient porter plainte pour publicité déguisée en période électorale. Cette dénonciation portait sur la diffusion d'un courrier du 21 septembre 2018, signé par Yves Ghequière à l'époque échevin de la population. Ce courrier informait les habitants de l'illégalité des convocations électorales envoyées en néerlandais par le gouverneur du Brabant flamand.

Mais d'après Gilles Hallez, président de la section DéFI de Linkebeek et Sophie Rohonyi, présidente de DéFI périphérie, le courrier qui se trouve dans le dossier de non-nomination d'Yves Ghequière "n'est pas celui qui a été diffusé à la population mais bien un projet qui n'a jamais quitté les locaux de la commune. Le nom d'Yves Ghequière ne figurait pas dans le message officiel adressé à la population".

Gilles Hallez se demande dès lors comment les membres de la section du MR ont eu accès à la copie d'un document non-envoyé à la population.

"Pourquoi le MR linkebeekois, qui se positionne comme grand défenseur de la cause francophone notamment par l'intermédiaire de Damien Thiéry (MR), premier échevin, collabore-t-il à la non-désignation d'un bourgmestre francophone élu démocratiquement et dont la seule chose qui lui est reproché est d'avoir respecté la loi? " a-t-il demandé mardi.

Pour Sophie Rohonyi, "Damien Thiéry et son équipe du MR local ont pratiqué la délation auprès des autorités flamandes, se faisant ainsi le complice de la N-VA dans ses entraves à la démocratie locale et à l'Etat de droit. Damien Thiéry a menti en prétendant agir dans l'intérêt des francophones de la périphérie bruxelloise et en particulier de sa commune."

  1. Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimistes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimis­tes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    "Cela ne s'annonce pas bien", a confié lundi après-midi Katrien Degryse, représentante du Setca, à l'issue d'une réunion générale entre direction et syndicats de Thomas Cook Belgique. "La direction a dit qu'il y avait 1% de chance qu'une solution se dégage des négociations. Cela ressemblait à un discours d'adieu." La situation est dès lors très mal embarquée, déplorent les syndicats.
  2. Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable "tant en termes d'image que de service à la population. Nous n'allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).