Plein écran
© photo_news

Des actions prévues par la police aéronautique: départs en vacances chahutés?

Des actions vont être organisées dans les prochains jours au sein de la police aéronautique, contre un manque de personnel et de moyens persistants, a-t-on appris de sources syndicales. Ces actions risquent d'avoir des conséquences sur les départs et/ou retours en vacances alors que se profile la semaine de Carnaval.

Une concertation mercredi entre syndicats et direction n’a rien livré. “Le préavis de grève va être activé. Cela signifie que des actions vont suivre”, avertit le président du Syndicat national du personnel de police et de sécurité (SNPS), Carlo Medo.

Les syndicats et le gouvernement fédéral négocient depuis des semaines sur la pénurie de personnel et le manque de moyens de la police aéroportuaire. “Il manque actuellement 140 policiers”, selon Joery Dehaes, de l’ACV-CSC.

Grève du zèle?

Autre grief: la défaillance du matériel. “Le commissaire en chef a dû acheter du gel désinfectant pour les mains lui-même. Ce qui n’est pas anodin dans le contexte du coronavirus. Et le personnel est contraint de s’asseoir huit heures par jour sur des chaises de cuisine en bois, par manque de chaises de bureau”, poursuit le représentant syndical.

La date des actions n’est pas encore connue. Leur nature non plus mais il pourrait s’agir de manoeuvres de type “grève du zèle” aux contrôles frontières.

Elles pourraient avoir des répercussions sur les vols prévus à Brussels Airport pendant les vacances de Carnaval. “Nous ne faisons pas cela pour importuner les voyageurs, mais si le gouvernement n’écoute pas, nous devons bien nous faire entendre”, a-t-il conclu.

  1. Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Si vous espériez encore naïvement un retour à la vie normale le week-end prochain, trêve d’espérances: il est plus qu’évident que le Conseil national de Sécurité rallongera aujourd’hui les mesures de confinement d’au moins deux semaines, soit jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Selon le virologue Steven Van Gucht, qui fait partie du conseil scientifique qui conseille le gouvernement, il ne faut même pas se faire d’illusions sur le reste du mois d’avril non plus.