Plein écran
En juillet dernier, les activistes d'EZLN étaient à la Tour des Finances pour dénoncer les subsides aux voitures de société. © Twitter

Des activistes déguisés en animaux au siège de la FEBIAC

Une cinquantaine d'activistes de l'Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN) ont investi vendredi en début d'après-midi le bâtiment de la FEBIAC, la Fédération belge de l'Automobile & du Cycle, à Woluwe-Saint-Lambert. Environ 10 personnes ont été arrêtées pour l'heure administrativement, a indiqué à la suite de l'action un porte-parole de la zone de police Montgomery.

Les participants étaient déguisés en animaux. Ils ont rempli le hall d'entrée de feuilles mortes et ont accroché une bannière portant le texte "Les voitures nous tuent, la FEBIAC nous enfume". Divers messages similaires ont été affichés sur la façade. Les militants ont ensuite réalisé une chorégraphie à l'extérieur avant de se disperser.
Par cette action éclair, le collectif pointe la responsabilité de l'industrie automobile dans le réchauffement climatique. 

Des activistes avaient déjà perturbé le salon de l'auto organisé par la FEBIAC il y a quelques semaines. "Devant la crise climatique et écologique, nous devons absolument changer de modèle de transports", argue un des militants. "En 2010, le secteur des transports était responsable de 23% du total des émissions de CO2 liées à l'énergie. (...) Rien qu'à Bruxelles, l'industrie automobile déclare dépenser entre 15 et 20 millions d'euros en lobbying sur un an.”

Il y a quelques mois, les activistes avaient protesté contre le système fiscal des voitures de société à la Tour des Finances. "Nous ne critiquons pas les individus qui prennent leur voiture pour faire leurs déplacements car ils ne sont pas responsables du système de dépendance à la voiture", ajoute-t-il. "Nous critiquons les liens dangereux entre les lobbies, les États et l'Union Européenne. Cela empêche l'émergence d'un système alternatif." 

  1. Le Belge contaminé par le coronavirus peut quitter l'hôpital
    Mise à jour

    Le Belge contaminé par le coronavi­rus peut quitter l'hôpital

    Le Belge qui a été admis à l’hôpital Saint-Pierre, à la suite d’un test positif au nouveau coronavirus Covid-19, peut rentrer chez lui. Il n’est plus infecté par le virus et n’est donc plus contagieux pour son entourage, a indiqué le SPF Santé publique à l’agence Belga. Huit autres personnes placées en quarantaine au sein de l’hôpital militaire de Neder-over-Heembeek pourront quant à elles en sortir dimanche.