En juillet dernier, les activistes d'EZLN étaient à la Tour des Finances pour dénoncer les subsides aux voitures de société.
Plein écran
En juillet dernier, les activistes d'EZLN étaient à la Tour des Finances pour dénoncer les subsides aux voitures de société. © Twitter

Des activistes déguisés en animaux au siège de la FEBIAC

Une cinquantaine d'activistes de l'Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN) ont investi vendredi en début d'après-midi le bâtiment de la FEBIAC, la Fédération belge de l'Automobile & du Cycle, à Woluwe-Saint-Lambert. Environ 10 personnes ont été arrêtées pour l'heure administrativement, a indiqué à la suite de l'action un porte-parole de la zone de police Montgomery.

Les participants étaient déguisés en animaux. Ils ont rempli le hall d'entrée de feuilles mortes et ont accroché une bannière portant le texte "Les voitures nous tuent, la FEBIAC nous enfume". Divers messages similaires ont été affichés sur la façade. Les militants ont ensuite réalisé une chorégraphie à l'extérieur avant de se disperser.
Par cette action éclair, le collectif pointe la responsabilité de l'industrie automobile dans le réchauffement climatique. 

Des activistes avaient déjà perturbé le salon de l'auto organisé par la FEBIAC il y a quelques semaines. "Devant la crise climatique et écologique, nous devons absolument changer de modèle de transports", argue un des militants. "En 2010, le secteur des transports était responsable de 23% du total des émissions de CO2 liées à l'énergie. (...) Rien qu'à Bruxelles, l'industrie automobile déclare dépenser entre 15 et 20 millions d'euros en lobbying sur un an.”

Il y a quelques mois, les activistes avaient protesté contre le système fiscal des voitures de société à la Tour des Finances. "Nous ne critiquons pas les individus qui prennent leur voiture pour faire leurs déplacements car ils ne sont pas responsables du système de dépendance à la voiture", ajoute-t-il. "Nous critiquons les liens dangereux entre les lobbies, les États et l'Union Européenne. Cela empêche l'émergence d'un système alternatif." 

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.