Des agents victimes de violences à Anderlecht, le SLFP Police partage les images: “Cela ne peut pas continuer”

Le Syndicat Libre de la Fonction publique (SLFP) Police a partagé mercredi soir une vidéo témoignant de violences contre des policiers en mission dans la commune bruxelloise d'Anderlecht. Le syndicat interpelle le Secrétaire d'Etat Pascal Smet et le ministre flamand Benjamin Dalle à ce sujet.

Dans les colonnes de Het Nieuwsblad, le vice-président national du Syndicat Libre de la Fonction publique (SLFP) Police, Vincent Houssin, explique qu'il s'agissait d'une arrestation d'un suspect pour faits graves. "Nous partageons ces images pour attirer l'attention: cela ne peut pas continuer de la sorte", met-il en garde. 

“Comment nos collègues font leur travail à Anderlecht” 

Dans la vidéo en question, des policiers, en train de procéder à l'arrestation, sont pris à parti par des passants, insultés et violentés. "Comment nos collègues font leur travail à Anderlecht (Chaussée de Mons)... Que pensez-vous Pascal Smet et Benjamin Dalle ? Nos collègues auraient-ils dû faire autrement ? Était-ce une priorité? ", a commenté le syndicat sur sa page Facebook.

Mi-avril, le Secrétaire d'Etat à l'Urbanisme Pascal Smet (one.brussels-sp.a) avait soulevé des questions sur la course-poursuite de la police qui a mené à la mort d'un jeune homme de 19 ans d'Anderlecht. Il se demandait notamment si le contrôle était une véritable priorité pour la police. 

Quant au ministre flamand chargé de Bruxelles, Benjamin Dalle (CD&V), il avait demandé après les faits de la compréhension pour la situation de nombreux jeunes.

Plein écran
© Facebook SLFP Police
  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.