Plein écran
Frédéric Gillot, ancien travailleur d'ArcelorMittal Liège et ex-député wallon du PTB (2014-2019) © photo_news

Des “assistants fictifs” au PTB?

Sur le plateau de RTL ce dimanche midi, Patricia Van Muylder, ex-assistante parlementaire de l’ex-député PTB wallon Frédéric Gillot, a affirmé qu’elle n’avait rencontré qu’une seule fois l’élu régional. Et non dans l’enceinte du parlement namurois mais “par hasard, pendant une manifestation”. Des emplois fictifs au PTB? Le parti réfute les accusations. 

Frédéric Gillot (PTB) a siégé au parlement wallon de 2014 à 2019. Lui était assignée, à ce titre, une assistante parlementaire pendant toute la durée de son mandat. Or, selon cette dernière, si le contrat a bel et bien été signé, la rencontre n’a jamais eu lieu. Et la mission non plus. Patricia Van Muylder dénonçait une nouvelle fois,  hier sur RTL, l’attitude du parti: “Je n’ai rencontré Frédéric Gillot qu’une fois, par hasard pendant une manifestation. Je ne l’ai jamais conseillé”, a-t-elle ainsi affirmé sur le plateau de Christophe Deborsu. Des révélations qui font suite à de premières accusations dans la presse écrite.

“Mutualisation” des forces

Au lieu de cette mission d’assistante parlementaire, rémunérée à moitié par le parlement wallon, Patricia a multiplié les tâches administratives voire ménagères pour le parti. Un emploi fictif? Le PTB s’en défend. Selon Germain Mugemangango, chef de groupe en parlement wallon, le parti “mutualise” tout simplement ses forces et répartit le travail entre les éléments disponibles: “Le travail qui se fait au Parlement doit être expliqué aux membres et à la société”. Une méthode qui serait courante au sein de chaque parti. 

Plein écran
Germain Mugemangango ( PTB) et Raoul Hedebouw ( PTB) en juin 2019 © Photo News
Plein écran
Frédéric Gillot (PTB) © Photo News
  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.