Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Des Belges se procurent des médicaments lourds via des sites hollandais

L'Agence fédérale belge des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a tiré la sonnette d'alarme aux Pays-Bas car les pharmaciens néerlandais fournissaient très facilement aux patients belges des médicaments lourds, écrit Het Nieuwsblad lundi.

L'été dernier, le sulfate de dexamphétamine, utilisé pour traiter les troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), a été très difficile à obtenir en Belgique. Mais les patients belges pouvaient le trouver facilement sur internet via des pharmacies néerlandaises, a découvert la députée N-VA Kathleen Depoorter, par ailleurs pharmacienne. Elle souligne également qu’il est impossible pour un pharmacien néerlandais de vérifier correctement l’ordonnance si elle est envoyée uniquement par e-mail. 

"Lorsque ces patients ont envoyé leur ordonnance belge par internet, ils n'ont rencontré aucun problème pour recevoir le médicament à domicile", explique-t-elle. "Ils recevaient même une proposition de la pharmacie de leur livrer une nouvelle dose du médicament à intervalles réguliers", s'offusque-t-elle.

Pratiques illégales

Il s'agit de "pratiques illégales, tant en Belgique qu'aux Pays-Bas", souligne la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld). L'AFMPS a dès lors sonné l'alarme auprès des autorités néerlandaises (plus particulièrement le ministère néerlandais de la Santé publique) en demandant que ces pratiques cessent.

15 médicaments par jour

L’année dernière, un nombre record de plus de 5.700 colis de médicaments illégaux ont été interceptés aux Pays-Bas, selon le dernier rapport annuel de l’autorité belge des médicaments AFMPS. C’est environ 15 par jour.

Plein écran
Maggie De Block © BELGA
  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.