Le conseil de faire une activité sportive en plein air a été mal interprétée...
Plein écran
Le conseil de faire une activité sportive en plein air a été mal interprétée... © Photo News

Des centaines de PV ce week-end: “Ce sont ces contrevenants qui surchargeront bientôt les hôpitaux”

De nombreux citoyens ont précautionneusement respecté toutes les règles de confinement ce week-end. Mais d’autres ont cédé à l’appel du soleil et leur envie de voir du monde, se faisant fi de tout bon sens et faisant risquer à tout le pays que les mesures durent encore plus longtemps. Ce week-end, la police a dressé des centaines de procès-verbaux malgré la multitude d’avertissements et d’informations: cafés ouverts en cachette, petites fêtes et barbecues entre amis ont été sanctionnés, entre autres témoignages d’incivisme. Dans certains lieux publics, les gens étaient quasi les uns contre les autres. “Si c’est comme ça, alors il vaut mieux faire fermer tous les parcs”, lance le professeur Herman Goossens.

“Restez chez vous”. Pour certains apparemment, ce n’est qu’un slogan. En pratique, un magasin Brico était ouvert à Bruxelles ce week-end. La police anversoise a délogé des jeunes qui faisaient la fête à l’arrière d'un café et on ne compte pas les fêtes d’anniversaires et les dîners entre amis qui ont malgré tout été organisés (et repérés). Des conducteurs ont été pris en plein déplacement non essentiel, par pure envie de se balader. 

Les forces de l’ordre avaient déployé des moyens pour s’assurer que les Belges ne se déplaçaient qu’en cas d’absolue nécessité. Un dispositif appelé à se maintenir jusqu’à la fin du confinement, explique à Belga André Desenfants, directeur de la police administrative, les forces de l’ordre chargées à la police fédérale d’assurer la sécurité publique. Outre la police de la route, cela comprend notamment la police des chemins de fer, des voies navigables et des aéroports. Les frontières étaient également bien gardées.

Sur la digue et en balade en ville, comme si de rien n’était

“Selon un bilan provisoire pour ce samedi, qui doit encore être affiné, un véhicule sur sept était en infraction. Dans tous les cas, les contrevenants ont été renvoyés chez eux et certains ont reçu une amende selon les circonstances dans lesquelles ils se déplaçaient”, détaille André Desenfants.

La police d’Anvers a décerné plus de 200 PV la nuit de vendredi à samedi pour non-respect des règles et même son de cloche à Bruxelles où quelque 288 procès ont été dressés ce dimanche, selon LN24. Des mineurs d’âge ont écopé d’amendes administratives de 175 euros et les adultes de 350 euros, note HLN. Comme on le craignait, à la mer, les problèmes persistent avec le beau temps actuel: la police de Blankenberge a dressé 103 PV à des touristes qui se rendaient sans fard à la Côte. 

“Ils sont écœurants”

Herman Goossens, chef du service de microbiologie clinique à l’UZ Anvers, ne décolère pas: “Ces gens ne doivent pas comprendre ni le français ni le néerlandais et ne sont sans doute pas au courant des mesures”, soupire-t-il. “Mais pour tous les autres, tous ceux qui savent parfaitement ce qu'il ne faut pas faire, leur comportement est inacceptable et écœurant. Car ils risquent de propager encore plus le virus et ne se mettent pas seulement eux mais également leurs parents et grands-parents en danger”, s’emporte-t-il. 

Citation

Si ça continue, il faudra fermer tous les espaces verts!

Herman Goossens

Traçage

Quant à ceux qui ont préféré trinquer ensemble plutôt que se confiner: “Ce sont ces fêtards et imprudents que l’on finira par voir dans nos hôpitaux. Que devons-nous faire d’eux dans ce cas? ‘C’est votre faute, tirez votre plan tous seuls?’ Bien sûr que non, nous devons aider tout le monde, tant que nous le pouvons. Mais ce sont ces personnes, si elles ne s’arrêtent pas, qui vont saturer les hôpitaux. Si ça continue, il va falloir des mesures encore plus strictes”, prévient-il. Et de citer Singapour, où les autorités vont jusqu’à contrôler que les habitants sont bien confinés chez eux. De manière inopinée, des contrôleurs sonnent aux portes et des SMS sont envoyés aux citoyens afin de tracer leur position et éventuels déplacements par GPS. Il est également demandé d’envoyer des photos pour attester de leur présence à domicile.

Du sport oui, mais pas tous ensemble

Dans beaucoup de lieux publics en Flandre comme en Wallonie, comme les parcs ou sentiers, les digues et les abords des fleuves, de nombreuses personnes étaient de sortie pour se balader. Le conseil de rester actif en ces périodes de confinement a été pris au mot par les Belges mais ils se sont souvent tous regroupés au même endroit avec le sentiment de pourtant respecter les règles en vigueur. Résultat, difficile de maintenir la distanciation sociale recommandée. Sophie Wilmès rappelle, dans Het Laatste Nieuws, qu'il ne faut pas mal interpréter le conseil de faire une activité physique: “Le sport en plein air est autorisé et conseillé, tout en rentrant aussitôt à la maison”, rappelle-t-elle. Le but n’est donc pas de faire des rencontres au bois dans la foulée.

Pour le professeur Goossens, il ne faut pas se voiler la face: “Si cela continue comme ça, les espaces verts devront fermer. Car de cette manière, nous ne maîtriserons jamais le coronavirus. Les gens ne réalisent pas à quel point c’est contagieux. Évitez les autres ou vous l’attraperez!”, avertit-il encore.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.