Plein écran
Illustration. © Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.

Les rotifères sont des animaux microscopiques dotés d'une radiorésistance considérable. "Or, l'un des obstacles les plus importants à la recherche spatiale est l'effet à long terme de l'apesanteur et des radiations cosmiques", a expliqué la professeure Sarah Baatout, radiobiologiste au SCK-CEN. "Ces éléments altèrent notre vue, rendent nos os plus fragiles et augmentent le risque de cancer.”

Après leur voyage spatial, les rotifères seront examinés par des chercheurs afin de mieux comprendre leur reproduction, leur expression génique et la structure de leur génome.

"L'expression génique peut lancer aux cellules le signal de produire des protéines, afin de régénérer, par exemple, l'ADN endommagé. En étudiant ce phénomène en détails, nous serons donc capables d'observer les processus qui se déroulent chez les rotifères et, par conséquent, les mécanismes qui les protègent des conditions extrêmes dans l'espace", a précisé le docteur Boris Hespeels, biologiste à l'UNamur. 

"Ensuite, nous vérifierons si la structure du génome de l'ADN endommagé a été régénérée correctement, sachant qu'un génome régénéré incorrectement peut mener à l'infertilité, à des anomalies chez les progénitures ou même à la mort", a encore souligné Karine Van Doninck, elle aussi biologiste à l'UNamur.

“Cela ouvre la porte à de futures explorations spatiales”

Les scientifiques espèrent que ce projet baptisé RISE (Rotifer In SpacE) offrira de nouveaux horizons à la recherche spatiale. "Une compréhension des causes permettra d'améliorer la résistance des astronautes aux radiations cosmiques. Cela ouvre la porte à de futures explorations spatiales", s'est réjoui Bjorn Baselet, radiobiologiste au SCK-CEN. "De plus, la recherche pourra être appliquée sur Terre. Les résultats pourraient, par exemple, améliorer la protection des professionnels exposés aux radiations ou réduire les effets négatifs des thérapies par radiations chez les patients atteints de cancer.”

En marge du programme de recherche, des activités seront organisées à destination des élèves du secondaire, qui pourront disposer de kits RISE pour étudier les rotifères. La thématique sera également mise en avant lors d'événements grand public, comme le Printemps des Sciences. Enfin, l'UNamur et le Kikk Festival proposeront une double exposition d'art à Bruxelles (aux halles de Schaerbeek) et à Namur. 

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.