Plein écran
Le Berlaymont à Bruxelles, siège de la Commission européenne. © EPA

Des citoyens crient le nom des migrants morts en mer devant le Berlaymont

Une poignée de citoyens se rassemblent tous les lundis matin devant le Berlaymont depuis une semaine pour crier la longue liste des migrants décédés alors qu'ils tentaient de gagner l'Europe.

Le 20 juin, une action similaire s'était déroulée dans quatre endroits de Bruxelles, à l'initiative d'Agir pour la Paix. La comédienne et chroniqueuse Christelle Delbrouck a décidé de poursuivre l'effort devant le blocage persistant du dossier de l'accueil des migrants en Europe. Accompagnée des comédiens Thomas Linckx et Stéphanie Coerten, installée en face du siège de la Commission européenne, elle a énuméré lundi quelques un des noms -quand ils sont connus- des migrants décédés, la date de leur décès et les circonstances de celui-ci.

"Depuis 1993, plus de 40.000 personnes sont décédées à cause de la politique criminelle de l'Europe Forteresse", dénonce-t-elle.

Le nombre de victimes demeure difficile à établir puisqu'il n'existe pas de recensement officiel. La seule liste disponible a été élaborée par l'organisation "United for Intercultural Action". 

"Nos pays ne daignent pas faire un recensement officiel de leurs propres crimes, comme si ces gens n'existaient pas, n'avaient jamais existé et ne méritaient aucun respect", poursuit la comédienne. 

Par cette action, les participants réclament l'ouverture de voies de migration légales et sûres, le respect inconditionnel des droits de l'homme au bénéfice des migrants, la reprise des sauvetages en mer, l'arrêt des dépenses au bénéfice des Etats "tampons" (Libye, Turquie) et leur réorientation vers une politique d'accueil digne et d'aide aux pays fuis.

"Nous avons commencé le lundi 12 août. Et nous recommencerons les lundis suivants, encore et encore... Parce que ces humains ont existé. Et que ces morts font partie de l'Histoire. Et que, lorsqu'il faudra rendre des comptes, ils ou elles en feront partie", a ajouté Mme Delbrouck.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.