Plein écran
Illustration. © Photo News

Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.

Le premier demandeur affirme que la tentative de rapatriement a été interrompue parce qu'il s'y opposait et que cela a interpellé les autres passagers de l'avion. Après que la police l'a sorti de l'appareil, il aurait été frappé par six agents. Un rapport médical que la RTBF a pu consulter évoque des bleus et des cheveux arrachés.

La seconde personne explique qu'elle a été "torturée et traitée comme un animal" par cinq policiers durant toute la procédure. "Quand j'ai appelé à l'aide, ils m'ont frappée à la bouche. Ils m'ont pincé le nez et la gorge et introduit leurs doigts dans ma gorge".

Les faits se seraient produits en septembre et octobre. 

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.