Illustration
Plein écran
Illustration © Getty Images

Des entreprises mettent rétroactivement leurs employés malades au chômage temporaire

La CNE dénonce vendredi des abus de "force majeure" d'entreprises qui placent rétroactivement leurs employés malades au chômage temporaire dans le cadre de la crise du coronavirus, au lieu de leur verser un salaire garanti, comme le prévoit la législation. Le syndicat chrétien parle d'attitude "révoltante" mais aussi "socialement irresponsable".

L'attitude de certaines entreprises est révoltante, fustige la CNE. "Même des entreprises qui fonctionnent à plein régime suppriment le salaire garanti de leurs employés malades (durant le premier mois de maladie) et font appel au chômage temporaire 'coronavirus'", déplore-t-elle. 

"Abuser du contexte de crise sans précédent pour économiser quelques semaines de salaire, les faire payer par la Sécu, c'est hypothéquer dramatiquement l'avenir de notre Sécurité sociale", dénonce le syndicat chrétien. La CNE se dit confrontée à plusieurs abus, dans certaines entreprises et "parfois des secteurs entiers".

"Si une personne est malade, elle est malade, et la législation doit être respectée. Réduire injustement les revenus des salariés et donc charger davantage notre système de Sécurité sociale n'est en aucun cas acceptable", conclut le syndicat. Si ces abus ne s'arrêtent pas, il n'exclut pas de publier une liste de toutes les entreprises qui profitent du contexte. 

  1. Ça y est, ils arrivent: une date de livraison est annoncée pour les masques à Charleroi

    Ça y est, ils arrivent: une date de livraison est annoncée pour les masques à Charleroi

    Afin que la stratégie de déconfinement annoncée par le Conseil National de Sécurité (CNS) se déroule de la meilleure façon qui soit, la Ville de Charleroi s’était engagée à offrir, à chaque Carolo, deux masques barrières en tissu lavable. Elle avait, pour ce faire, opté pour une commande multicanale via un marché passé par elle-même et un marché supracommunal avec Charleroi Métropole pour un total de 410.000 masques. Les procédures de marché avaient été lancées dès le 20 avril par la Ville. Toutefois, les fournisseurs désignés ont rencontré des retards de livraison par rapport au calendrier convenu.