Plein écran
© AFP

Des femmes juristes belges se mobilisent pour racheter la peine de Nasrin Sotoudeh

Avec le soutien de Fem&Law et d'Avocats.be, un collectif de femmes juristes belges propose mercredi de racheter la peine de Nasrin Sotoudeh, avocate iranienne condamnée en mars dernier à 38 ans de prison et à 148 coups de fouet pour son engagement féministe. 

En 24 heures, des femmes juristes belges se sont déjà engagées pour une cinquantaine de coups de fouets et plus de 200 jours de prison. L'appel est lancé à l'ensemble des femmes juristes dans le monde.

En respect d'un principe appliqué notamment en Chine antique, la substitution de peine ne s'adresse qu'aux femmes juristes, mais tout le monde peut soutenir financièrement l'action afin que les trajets et les frais médicaux soient pris en charge. Plus de 1.000 euros de promesses de dons ont été obtenus via le site www.libereznasrinsotoudeh.be.

Me Nasrin Sotoudeh a été condamnée pour conspiration, incitation à la corruption et à la prostitution, propagande contre le système, troubles à l'ordre public et espionnage. Elle défend en fait de nombreuses militantes qui s'opposent publiquement au port obligatoire du voile.

“Une peine moyenâgeuse”

C'est Sibylle Gioe, avocate au barreau de Liège et engagée dans la défense des avocats menacés dans le monde, qui a eu cette idée après l'annonce de cette condamnation, alors qu'elle revenait d'une observation de procès en Turquie. "Face à cette peine moyenâgeuse, je me suis dit qu'il fallait riposter sur le même terrain", explique-t-elle. "Le rachat de peines ou la substitution de personnes pour les effectuer sont des pratiques qui existaient au XIIIe siècle. Cette action permet de souligner à la fois le caractère inhumain de sa peine et son engagement politique et féministe. Proposons à l'Iran, en échange de Nasrin Sotoudeh, de la 'chair' de juriste engagée!".

Les autorités diplomatiques belges ont été invitées à soutenir cette initiative en accompagnant le groupe en Iran afin de vérifier les conditions de détention et d'assister aux séances de coups de fouet.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.