Plein écran
Illustration.

Des jeux sexuels dans un camp de louveteaux

Plusieurs enfants de 9 à 11 ans qui étaient en camp louveteaux, ont participé à des jeux sexuels, ou en auraient été victimes selon les témoignages, rapporte samedi les quotidiens du groupe SudPresse. Le parquet de Verviers, dont est originaire l'unité Saint-Remacle, a pris le dossier en charge.

Un louveteau a dénoncé les faits à ses chefs. Il leur a expliqué que
plusieurs enfants ont échangé des actes sexuels lors d'une sieste
quelques jours après le début du camp, qui se déroulait à Burdinne.
   
Le staff a immédiatement appelé Scout Assistance et les responsables de la fédération ont été mis au courant. Le camp a été écourté. Une maman a porté plainte et reproche au chefs de la section un manque de surveillance.
   
Jeudi, l'ensemble des louveteaux ont été entendus par la police
verviétoise. Selon le substitut du procureur du roi de Verviers, Alain
Bonnivert, les enfants ne seront pas inquiétés par la justice. "A 10 ou 11 ans, on sait faire preuve de discernement. Mais on ne peut pas imputer à ces enfants d'intentions délictueuses. Au besoin, nous devrons les aider. Pas les poursuivre pour leurs actes", dit-il. (belga)